"Les administrations du vaccin AstraZeneca ont repris, après une suspension par précaution de quelques heures, visant à repérer et isoler le lot dont provenait la dose injectée à l'enseignant décédé", a expliqué en fin de journée la région Piémont sur son site internet.

Tous les autres lots peuvent désormais être utilisés, à l'exception de ce lot ABV5811, tandis qu'une réunion des autorités sanitaires a été convoquée.

La suspension initiale de toute utilisation du vaccin AstraZeneca était "une mesure d'extrême précaution, en attendant de vérifier s'il existe un lien de causalité entre la vaccination et le décès", a expliqué le conseiller pour la Santé de la région du Piémont, Luigi Genesio Icardi, dans le communiqué.

L'enseignant est décédé dimanche à Biella, commune située au nord de Turin. Selon l'agence Ansa, l'homme était âgé de 57 ans et enseignait la clarinette dans un conservatoire.

L'Italie a décidé jeudi d'interdire, à titre de précaution, l'utilisation d'un autre lot de vaccins anti-Covid d'AstraZeneca/Oxford en raison de craintes liées à la formation de caillots de sang.

Des inspecteurs du ministère italien de la Santé se sont rendus dimanche en Sicile pour mener l'enquête sur la mort d'un militaire de 43 ans décédé le 9 mars dans l'île du sud de l'Italie après l'injection d'une dose du vaccin AstraZeneca. Une autopsie du corps a été réalisée samedi à l'hôpital de Catane (est de la Sicile).

Le président de l'Agence italienne des médicaments (Aifa), Giorgio Palu, a toutefois assuré dimanche à la télévision que le vaccin AstraZeneca ne présentait "aucun risque", estimant que "les bénéfices dépassent largement les risques encourus" et appelant à dépasser "l'émotivité" et se fonder sur "des données scientifiques" .

L'Italie avait administré dimanche soir 6,6 millions de doses de vaccins de différents laboratoires et compte désormais 1.968.796 vaccinés ayant reçu deux doses.

Le pays a concentré ses efforts sur le personnel médical, les plus de 80 ans, les pensionnaires de maisons de retraite, et dans une moindre mesure les forces armées et le personnel scolaire.