Gozar Rose Magtanong, âgée de 32 ans, a également été accusée d'avoir craché dans de l'eau destinée à être bue, ou encore d'avoir utilisé allégrement les produits cosmétiques haut de gamme de la famille qui louait ses services.

Tout a été découvert suite à l'installation d'un système de surveillance en circuits ouverts autour de l'immeuble où elle travaillait, selon le rapport de tribunal publié dans le quotidien Today de Singapour. La femme de chambre avait reconnu les autres infractions sous la menace d'un renvoi.

La défense de l'accusée a cependant fait valoir qu'elle avait été maltraitée, que son téléphone lui avait été confisqué, qu'elle était mal nourrie, et qu'on lui devait pour deux mois d'arriérés de salaire.

"Si vous avez des griefs, il existe des moyens légitimes de les faire valoir, mais il n'est pas correct de procéder comme vous l'avez fait", a néanmoins déclaré le juge Ng Peng Hong à la domestique.