Près d’une semaine après la défaite à l'élection présidentielle de Donald Trump face à Joe Biden, l'actuel président des Etats-Unis crie toujours à la fraude électorale et refuse de reconnaître la victoire de son adversaire.

Soutenu par ses deux fils, Donald Trump Jr. et Eric Trump, dans ce combat juridique, il semblerait que ce ne soit plus cas de sa fille, Ivanka, qui tenterait de raisonner son père quant à cette défaite lors du scrutin du 3 novembre dernier. Elle qui lui était pourtant fidèle et qui détient toujours le poste de haute conseillère du président serait "plus réaliste", d'après la CNN, qui relate l'information. Ivanka Trump aurait demandé à son père de tout bonnement accepter sa défaite publiquement afin de ne pas entacher la réputation de l'empire familial.

Épaulée par son époux Jared Kushner, Ivanka Trump aurait indiqué au 45e président des Etats-Unis que se lancer dans des batailles juridiques ne servirait à rien et que cela ne changerait, à terme, pas le résultat de l'élection.

Ivanka estime que son père, au lieu de s'apitoyer sur son sort, devrait plutôt préparer l'avenir. Une source a d'ailleurs indiqué au média américain que Donald Trump savait qu'il était vaincu lors de cette élection. "Donald sait qu'il ne va pas gagner mais il sait aussi que c'est lui qui a les cartes entre les mains car 72 millions de personnes ont voté pour lui et il a créé un mouvement."

Le porte-parole de la Maison Blanche et le porte-parole de Donald Trump ont décidé de ne pas commenter l'information dévoilée par la CNN.

Accepter la défaite pour mieux revenir en 2024 avec 72 millions de personnes ralliées à sa cause même 4 ans plus tard? Tel pourrait être l'objectif de la démarche d'Ivanka Trump pour son père... ou pour elle-même tant elle a déjà affirmé à maintes reprises être très intéressée par la politique. L'idée de préserver la valeur de la Trump Organization, dont elle est vice-présidente en charge du développement et des acquisitions, est aussi plausible tant le poids financier que pèse cette société est important. Le but serait donc ne pas abîmer le patrimoine familial également.

L'ancien chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, déclarait jeudi 5 novembre, avant même la victoire de Joe Biden, qu'il pourrait voir Donald Trump se présenter à nouveau à la présidence dans quatre ans.