Si ce n'est qu'elle a fait beaucoup parler d'elle suite à son appel aux dons pour rembourser sa campagne, Valérie Pécresse s'est faite très discrète depuis sa défaite à l'élection présidentielle. Mais ce vendredi, à l'occasion de l'inauguration de la Biennale d'architecture et de paysage de Versailles, la candidate des Républicains a adressé quelques mots sur son échec électoral aux journalistes présents sur place.

"J'ai repris mon souffle. Je suis partie marcher dans la nature, c'est ce qui ressource le mieux", a-t-elle confié, notamment à BFMTV. À la question de savoir si son résultat à la présidentielle avait été difficile à encaisser, Valérie Pécresse a répondu, philosophe: "En politique, soit on gagne, soit on apprend. On va dire que j'ai beaucoup appris".

Encore près d'un million à rassembler

Elle ne s'est pas exprimée sur l'avancée de l'appel aux dons qu'elle a lancé le 10 avril auprès de ses sympathisants. Mais cet appel a été prolongé jusqu'au 31 mai - quinze jours plus tard qu'initialement prévu - car la candidate n'a pas encore récolté les cinq millions d'euros nécessaires pour financer sa campagne. D'après les calculs du Figaro, elle doit encore rassembler près d'un million d'euros. En effet, Valérie Pécresse a récolté 2,5 millions auprès de donateurs et son parti, LR, a décidé de lui faire don de 1,2 million. De plus, l'État français rembourse tout de même 600.000 euros de frais de campagne aux candidats qui ont obtenu moins de 5% des voix, ce qui fait grimper le compteur de la candidate à 4,3 millions d'euros, sur les 5,1 empruntés à titre personnel.

Il lui reste donc à récolter moins d'un million d'euros d'ici le 31 mai. Et "si ce million manquant venait à ne pas être totalement collecté, Valérie Pécresse a toujours dit qu'elle assumerait la dette de sa campagne", a affirmé un proche à BFMTV.