L'ex-candidate LR a félicité le président pour sa réélection. Elle l'invite cependant à "ne pas se tromper" sur son succès, rappelant qu'il s'agissait pour de nombreux Français d'un vote par défaut. "Ce vote désillusionné et la puissance des extrêmes constituent un grand risque pour la France", a avertit Valérie Pécresse. "Nous ne devons pas laisser notre démocratie enfermée dans ce duel qui peut être explosif entre le pouvoir et les extrêmes", continue-t-elle, appelant les Français de la droite à ne pas se diviser lors des législatives.

Valérie Pécresse a ensuite fait le point sur l'appel aux dons pour rembourser sa campagne, "une urgence financière". Pour rappel, les frais de campagne de l'ex-candidate ne seront pas remboursés en raison de son score trop faible au premier tour. Endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros suite à sa candidature, Valérie Pécresse a donc lancé un appel aux dons. "Oui la démocratie a un coût, mais croyez-moi, ce coût est moins élevé que l'absence de pluralisme et de confrontation des idées", a assuré la Républicaine en remerciant les Français ayant participé.

"Cet appel nous a permis de recevoir 2 millions d'euros, mais nous sommes encore loin du compte. C'est pourquoi je relance mon appel aux dons", a-t-elle annoncé. Valérie Pécresse a précisé s'adresser à tous les Français qui l'avaient soutenue, mais aussi à ceux qui partagent ses idées mais avaient choisi de faire barrage à l'extrême droite. Elle a assuré être très touchée par les messages de sympathie reçus après le premier tour.