"Nous constatons que la situation s'aggrave et nous avons donc décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France", a expliqué le chef du gouvernement lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

La situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver au Brésil depuis février en raison de l'émergence d'un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel, mais encore très minoritaire en France.

Lundi, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait expliqué que la France avait "gardé quelques lignes" avec le Brésil, en justifiant le maintien des liaisons aériennes par le respect du droit, le Conseil d'État ayant disposé que les ressortissants français "au nom de la liberté de circulation, devaient pouvoir continuer à venir".

Face aux critiques de l'opposition, le Premier ministre s'est par ailleurs défendu de toute inaction, en rappelant que les voyageurs en provenance du Brésil devaient jusqu'alors produire un test PCR négatif et s'isoler pendant dix jours.

Le variant brésilien préoccupe médecins et scientifiques, surtout en raison de sa plus grande résistance aux vaccins existants contre le Covid-19.