La décision de savoir si de nouvelles injections seraient nécessaires devrait cependant être prise par d'autres organismes, a indiqué Mme Cooke, directrice de l'Agence européenne des médicaments (EMA), devant une commission du Parlement européen.

"S'il devait être nécessaire de changer les vaccins existants, nous pourrions être en mesure de les faire approuver dans les trois à quatre mois", à partir du moment où les fabricants "commenceraient à modifier" leurs sérums, a-t-elle déclaré.

Le patron du laboratoire pharmaceutique Moderna a affiché son pessimisme sur l'efficacité des vaccins existants contre le variant Omicron du coronavirus.

Les laboratoires Pfizer et Johnson & Johnson (J&J) ont indiqué lundi avoir, comme Moderna, commencé à travailler sur une nouvelle version de leur vaccin anti-Covid ciblant plus spécifiquement Omicron au cas où les vaccins actuels ne seraient pas suffisamment efficaces contre le nouveau variant.

Les régulateurs européens "ne savent pas" encore si les vaccins actuels restent efficaces contre le variant Omicron. Cela prendra environ deux semaines pour déterminer si de nouveaux vaccins sont nécessaires, a précisé Mme Cooke.

"Il faut d'abord décider si cela est nécessaire, et ce n'est pas à l'Agence européenne des médicaments d'en décider", a-t-elle souligné.

"C'est une décision qui prendra en compte la situation épidémiologique, l'efficacité des vaccins actuels contre le variant, la circulation du variant en Europe et beaucoup d'autres facteurs", a indiqué Emer Cooke.

L'EMA a jusqu'à présent approuvé quatre vaccins pour les adultes dans l'Union européenne : Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Une décision sur un cinquième vaccin, de la société américaine Novavax, est attendue "d'ici quelques semaines", a déclaré Mme Cooke.