"La rencontre d'aujourd'hui s'est très bien passée", a-t-il déclaré. "De nombreux pays vont donner des munitions pour l'artillerie, des systèmes de défense côtière, des chars et autres blindés qui sont indispensables" pour l'armée de Kiev, a-t-il ajouté.

Lors de cette deuxième réunion du "Groupe de contact pour la défense de l'Ukraine", 44 pays se sont réunis virtuellement pour discuter de l'assistance militaire à apporter à l'Ukraine à ce stade du conflit.

Le ministre ukrainien de la Défense a informé les participants sur la situation militaire actuelle, trois mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Parmi le matériel qui doit être livré en Ukraine, le Danemark s'est notamment engagé à envoyer un système de missiles anti-navires Harpoon.

Le Harpoon est habituellement embarqué à bord de navires de guerre ou de sous-marins mais le Danemark est le seul pays à avoir acquis la version modifiée de ce lance-missile, qui est installée sur des camions et devient ainsi une batterie de défense côtière.

La République Tchèque s'est de son côté engagée à fournir des hélicoptères d'attaque, des chars et des missiles.

Depuis la première réunion du groupe de contact le mois dernier en Allemagne, "le rythme des donations et des livraisons a été exceptionnel", s'est félicité M. Austin.

Mais le ministre américain de la Défense s'est abstenu de préciser les armements que les Etats-Unis allaient fournir à l'Ukraine après l'approbation par le Congrès d'une aide supplémentaire à l'Ukraine de 40 milliards de dollars.

Il a néanmoins noté que les besoins de l'Ukraine n'avaient pas changé à ce stade: de l'artillerie, des chars, des drones et des munitions.

"Tout le monde ici comprend les enjeux de cette guerre, et ils dépassent l'Europe de loin", a-t-il ajouté. "L'agression russe est un affront à l'ordre international".

Ce groupe de contact doit se retrouver en personne le 15 juin prochain à Bruxelles, en marge d'une réunion de ministres de l'Otan.