Détenu depuis février 2018, comme son compatriote, après son interpellation en Allemagne, alors qu'il voulait suivre le Spartak Moscou en déplacement à Bilbao (Espagne), Mikhaïl Ivkine devrait retrouver la liberté "d'ici la fin de la semaine", sa peine étant quasiment couverte par la détention provisoire, a précisé à l'AFP son avocat, Me Julien Pinelli.

Pavel Kossov va en revanche retrouver sa cellule.

Supporter de Portsmouth, Andrew Bache était à Marseille le 11 juin 2016 pour le choc Angleterre-Russie. Mais il était absent lundi à Aix-en-Provence, pour le dénouement d'un procès entamé il y a une semaine. Infirme à vie, traumatisé, cet homme de 55 ans n'a aucun souvenir d'être venu en France pour l'Euro. Seul son fils, Harry, avait fait le déplacement, les deux premiers jours d'audience, pour témoigner du calvaire de son père.

Le verdict, prononcé après quatre heures de délibéré, est moins sévère que les réquisitions. Vendredi, l'avocat général avait demandé "entre 14 et 15 ans" de prison pour Kossov, soit le maximum encouru pour violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente. Et une peine "pas supérieure à cinq ans" pour Ivkine.

Pour Christophe Raffin, la charge de quelque 150 supporters russes, près du Vieux Port, était "un raid, comme un commando paramilitaire", par "des +blacks blocs+ du football": "Et non, ce n'était pas de la légitime défense, mais de l'illégitime défonce, la défonce de M. Andrew Bache".

Sur les images, issues des caméras de surveillance ou des réseaux sociaux, les responsabilités semblent claires. A 17h00 et 20 secondes, Mikhaïl Ivkine lance une chaise vers M. Bache. Mais celui-ci est seulement effleuré, comme l'a prouvé une dernière vidéo dévoilée par sa défense.

Puis Pavel Kossov lui lance un violent coup de poing à la tête, par derrière. Groggy, le quinquagénaire s'effondre sur le pavé, comme une poupée de chiffon.

Ce coup a probablement provoqué "un court-circuit" chez la victime, "comme un KO en boxe", avait expliqué jeudi un expert médical, en se demandant "comment monsieur Bache est encore en vie". Mais, toujours selon cet expert, les principaux dégâts ont sans doute été provoqué par un troisième supporter russe, celui qu'on voit asséner un second coup de poing à la tête d'Andrew Bache alors que celui-ci est au sol, inanimé. Problème: il n'a jamais été identifié.