Le préfet de Guadeloupe "a décidé la prorogation du couvre-feu de 18 heures à 5 heures jusqu'au lundi 29 novembre 2021 à 5 heures", a-t-il indiqué dans un communiqué. Jeudi, le préfet de Martinique avait, lui, instauré un couvre feu "de 19H00 à 5H00 jusqu'au retour au calme".

Ce qui avait commencé il y a quelques jours dans ces deux îles avec des blocages et des piquets de grèves a vite dérapé en violences contre les forces de l'ordre, incendies et pillages.

Forces de l'ordre et journalistes ont été ciblés par des tirs dans la nuit de jeudi à vendredi en Martinique, où les violences ont fait dix blessés parmi les policiers, dont cinq par balles.

"Dans la nuit, un gradé de la gendarmerie qui intervenait avec ses collègues sur un cambriolage a été violemment heurté par le véhicule des pilleurs. Il est grièvement blessé et est opéré ce jour", a expliqué le parquet de Fort-de-France.

Une dizaine d'interpellations ont eu lieu en Martinique dans la nuit, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Il "y a eu près de 150 interpellations depuis le début de cette situation en Guadeloupe et en Martinique", a déclaré de son côté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Par ailleurs, le procureur de Pointe-à Pitre, Patrick Desjardins, a indiqué vendredi dans un communiqué que les premiers résultats d'une enquête diligentée après la blessure d'un jeune homme mercredi à proximité d'un barrage montrent "que la blessure ne provient en aucun cas d'un tir par arme à feu mais plus vraisemblablement de l'impact d'un morceau de grenade lacrymogène tiré par les forces de gendarmerie dans le cadre de l'opération de maintien de l'ordre".

Levée des suspensions

Dans l'intention de faire redescendre la tension, les ministres des Outre-mer Sébastien Lecornu et de la Santé Olivier Véran ont annoncé conjointement repousser "au 31 décembre 2021 la finalisation de la mise en oeuvre de l'obligation vaccinale" pour la Guadeloupe et la Martinique, après concertation avec les élus locaux et les collectivités territoriales.

L'obligation vaccinale devait s'appliquer le 15 novembre dans les Antilles, jour où a débuté la grève générale en Guadeloupe. Le mouvement a ensuite gagné la Martinique où la contestation a débuté le 22 novembre.

Les suspensions seront également levées pour ceux qui accepteront un accompagnement individuel dans ces îles où la contestation des mesures sanitaires anti-Covid se double d'une grave crise sociale.

Par contre, ceux qui refuseront "poursuivront leur suspension", ajoute le texte.

Cette annonce "ne change rien: nous ne sommes pas satisfaits de cette décision. Nous demandons le retrait de l'obligation vaccinale car notre liberté de choisir est bafouée, et du pass sanitaire qui empêche tout le monde de vivre", a réagi auprès de l'AFP Sormain Sandrou, secrétaire général adjoint de l'UTS-UGTG du CHU de Pointe-à-Pitre, présent sur le piquet de grève devant l'établissement.

"J'ai l'impression qu'on ne s'entend pas, qu'on ne se comprend pas (...) On veut une dérogation pour que cette loi ne soit pas appliquée chez nous! Et pas que chez les pompiers !", a pour sa part clamé Jocelyn Zou, représentant du syndicat Force Ouvrière chez les pompiers, à l'antenne de la radio RCI.

Avec un taux d'incidence de 35 cas pour 100.000 habitants sur les 7 derniers jours, l'ARS a publié vendredi des chiffres encourageants sur l'épidémie de Covid, mais elle souligne cependant que "les barrages sur les routes empêchent des guadeloupéens de se faire dépister".

Reste à savoir si ces mesures permettront un retour à la normale sur ces deux îles où la colère est allée bien au delà de la contestation de l'obligation vaccinale, et a réveillé une colère générée par le manque de travail et la précarité.

Seuil de pauvreté

La situation économique et sociale est très tendue en Guadeloupe et la Martinique.

En Guadeloupe, 34,5% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté national, avec un fort taux de chômage (19%), selon les données de l'Institut national de la statistique (Insee).

La Martinique est certes la région d'outre-mer la moins touchée par le chômage (12,4% en 2020) et la pauvreté, mais celle-ci y est également "très présente": "le taux de pauvreté est de 29,8% en 2018, soit près de deux fois plus qu'au niveau national", avec des inégalités de niveaux de vie plus grandes qu'en France métropolitaine, selon l'institut.

L'opposition aux vaccins reflète, selon des sociologues, la défiance de la population envers les autorités depuis le "scandale du chlordécone", un pesticide autorisé jusqu'en 1993 aux Antilles où il est tenu pour responsable d'une vague de cancers de la prostate.