Même si c'est ce qu'elle dit redouter par dessus tout, il est compliqué de ne pas présenter Naomi Seibt comme l'"anti-Greta Thunberg". "Je veux être plus que ça", déclare l'Allemande de 19 ans. Pourtant, cette dernière n'hésite pas à reprendre les codes instaurés par la Suédoise qui a lancé la grève pour le climat, ainsi qu'à adapter à sa sauce ses plus célèbres slogans. "Je ne veux pas que vous paniquiez, je veux que vous réfléchissiez", écrit Naomi Seibt dans la description de son profil Twitter, en écho aux propos de Greta Thunberg à Davos.

"Jeune, européenne et éloquente" , la YouTubeuse allemande semble avoir été choisie par les climatosceptiques comme leur figure de proue, affirme le Washington Post. L'organisme américain Heartland Institute a ainsi accordé son soutien à Naomi Seibt et à son "climato-réalisme". La décrivant comme une "étoile montante qui plaide pour un discours approprié sur le changement climatique", le think tank apporte un soutien qui est loin d'être anodin pour la jeune fille originaire de Münster, puisque se cache notamment derrière lui un proche conseiller du président américain.

Approchant la jeune Allemande à la COP25 à Madrid, le Heartland Institute a cherché à lui faire signer un contrat. Objectif ? Mettre à mal les écologistes allemands. Mais l'association américaine n'est pas la seule à vouloir faire appel à Naomi Seibt. "Un antidote à Greta Thunberg", se sont réjouis des climatosceptiques du monde entier.

Proche de l'extrême droite allemande

De quoi donner des ailes à la jeune femme, active sur Youtube depuis seulement un an. Son thème de prédilection ? Vous l'aurez compris: le réchauffement climatique, mais plus particulièrement encore, la remise en cause de toutes les théories scientifiques sur le sujet. "Les émissions de CO2 d'origine humaine ont-elles autant d'impact sur le climat? Je pense que c'est ridicule de croire ça", explique par exemple Naomi Seibt lors d'une de ses prises de parole. Mais l'environnement n'est pas son unique centre d'intérêt. Dans ses vidéos, elle aborde également des sujets tels que l'avortement et l'immigration, avec toujours un regard très conservateur. Elle ne cache d'ailleurs nullement sa sympathie pour le parti allemand d'extrême droite AfD. 

Si Naomi Seibt continue de décrier l'étiquette d'"anti-Greta" qui lui est accolée, estimant qu'elle l'a fait ressembler à son tour à une "marionnette endoctrinée", il serait intéressant de connaître également ce que pense la principale concernée de cette nouvelle égérie du climato-sceptisme.