Les dés sont jetés, reste à savoir qui fera le score le plus élevé. Découvrez 5 raisons qui peuvent faire croire en la victoire l'un ou l'autre candidat.

Quelles sont les raisons plaidant en faveur d’une victoire de Trump

1. La décision du FBI de ne pas vouloir chercher des poux à Hillary Clinton sur base des 650.000 derniers mails consultés peut être, dans les faits, une excellente nouvelle. D’une part, l’affaire a monopolisé l’attention des électeurs pendant une dizaine de jours, au plus mauvais moment pour la candidate démocrate. De plus, la décision du FBI permet à Donald Trump de taper sur le clou de la collusion/corruption des élites. Nombre de ses électeurs pensent comme lui que tout est truqué. Cette décision va les renforcer dans leur conviction et les motiver.

2. La mobilisation des électeurs de Donald Trump est un élément clé. Il ne faudra pas aller les chercher pour les pousser vers le bureau de vote. Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige, ils iront soutenir le milliardaire américain. Au contraire, la mobilisation s’annonce en principe plus difficile chez les Démocrates, où la personnalité d’Hillary Clinton est loin de susciter la même adhésion.

3. Les sondages sont favorables à Hillary Clinton. La messe n’est pas pour autant dite. D’une part, l’écart s’est sérieusement réduit ces derniers jours, pour s’inscrire dans la marge d’erreur. L’avantage de la Démocrate n’est peut-être qu’illusion. De plus, reste la question de la pertinence des sondages. Des électeurs potentiels de Donald Trump renâcleraient à avouer leur préférence pour le milliardaire new-yorkais. Son score serait donc inférieur à son potentiel réel. Le candidat républicain promet une surprise à l’instar du vote sur le Brexit. Le sondage publié le soir du scrutin donnait encore la victoire au camp du Remain…

4. La bataille pour les Swing States semblait largement tourner à l’avantage d’Hillary Clinton, voilà deux trois semaines. L’Arizona, État traditionnellement républicain, penchait même du côté démocrate. Les plus récents sondages ont redonné un net avantage au Républicain. Hillary Clinton veut encore y croire car elle devait clôturer sa campagne dans cet État-clé. Si Donald Trump est légèrement distancé en Floride, il est en tête dans l’Ohio. Or, l’Ohio a toujours voté pour le vainqueur final depuis 1976…

5. Donald Trump peut gagner cette élection car il peut tout se permettre. Excès, polémiques, propos indécents et incendiaires n’ont jamais durablement entamé sa popularité alors qu’il semblait à terre.


Quelles sont les raisons plaidant en faveur d’une victoire d’Hillary Clinton ?

1. L’affaire des e-mails, relancée voilà dix jours par une nouvelle enquête du FBI, planait au-dessus de la tête de la candidate démocrate comme une épée de Damoclès. Cela lui avait coûté quelques points dans les sondages. L’affaire a fort opportunément été classée sans suite dimanche par ce même FBI, qui a donc décidé de ne pas poursuivre l’ancienne secrétaire d’État. Hillary Clinton peut être soulagée, même si cette affaire a relancé la polémique sur l’utilisation d’une adresse mail privée, non sécurisée, lorsqu’elle était à la tête de la diplomatique américaine.

2. Les dernières projections sont très favorables à Hillary Clinton. Tout candidat doit obtenir 270 Grands électeurs pour décrocher la présidence des États-Unis. Selon la dernière projection du quotidien USA Today , la candidate démocrate semblait assurée d’en avoir 263, contre 180 à Donald Trump. Il en restait donc 95 encore en jeu, selon cette même projection. Il serait bien échu que le Républicain réalise le grand chelem.

3. Si les électeurs noirs se sont moins bien mobilisés que lors des scrutins précédents, la Démocrate devrait toutefois bénéficier d’une forte participation des Latinos. Leur inclination est nettement pro-démocrate, même si elle est moins nette que parmi la communauté noire. Surtout, cette mobilisation est la plus forte dans les États où Clinton et Trump sont au coude-à-coude.

4. L’écart entre les deux candidats s’est bien entendu resserré ces derniers jours, un sondage donnant même voilà une semaine Donald Trump devant Hillary Clinton. Reste qu’Hillary Clinton continue à faire la course en tête avec un bon 2 % d’avance en moyenne. C’est serré, mais c’est bien entendu plus que jouable même si cet écart correspond, dans les faits, à la marge d’erreur.

5. Le camp démocrate a sorti la grosse artillerie au dernier jour de la campagne, avec un président Obama omniprésent aux côtés de la candidate démocrate. Cela permet à la fois de jouer sur la popularité de l’hôte de la Maison- Blanche et de montrer que les deux font la paire. " Si vous m’aimez, votez pour elle" , répète à l’envi Barack Obama. Voter pour Hillary Clinton, c’est aussi préserver les acquis de sa présidence. Beaucoup voteront aussi pour Hillary Clinton car Donald Trump est trop imbuvable. C’est plutôt un vote contre Trump qu’un vote pour la candidate démocrate.


"Si Trump gagne, ce serait une surprise"

"L’influence vers un candidat ou un autre, ou l’équilibre d’un article, est quelque chose qu’on garde sans cesse à l’esprit . Mais si Trump gagne, ce serait vraiment une surprise, confie Brian Dowling, journaliste au Boston Herald , quotidien plutôt conservateur. Car dans les deux cas, nous avons montré vers quoi le pays irait si l’un ou l’autre est élu. Le but étant de trouver de nouvelles informations sur chaque candidat - sont-ils vraiment ceux qu’ils prétendent être ? - et leur politique -comment veulent-ils diriger le pays ? Expliquer ensuite tout cela, via des experts, des sondages et autres témoins qui peuvent mettre tout cela en perspective."

Si un journaliste se doit d’être impartial en toutes circonstances, Brian Dowling admet que si Trump l’emporte, ce serait "une confirmation de sa frustration et même de celle de Bernie Sanders. À savoir que le système actuel est cassé et qu’il ne fonctionne pas pour la plupart du pays. Leur campagne ayant été basée essentiellement sur la façon dont les USA opèrent, dénonce-t-il. Le rôle de l’argent dans la politique d’aujourd’hui, avec des législateurs qui semblent davantage concernés par l’augmentation des fonds de campagne plutôt que de faire passer des lois. Sans compter l’influence des lobbyistes et des entreprises qui manipulent le vote des Américains."

Celui qui planche en ce moment sur la relation ambiguë entre les USA et la Russie (enjeu majeur dans la campagne entre Clinton et Trump) ne ressent pas pour autant une trop forte tension au sein de la population. "La politique et les déclarations de Trump inquiètent, mais elles seront fortement débattues devant les tribunaux . Pour Clinton, les gens ont peur que son histoire des e-mails ne continue à la Maison-Blanche, faisant d’elle une leader inefficace et affaiblissant d’une façon ou d’une autre la position nationale sur l’échiquier mondial."

Leur plus grosse crainte ? "Beaucoup de monde est préoccupé par les réclamations de Trump qui parle déjà des votes truqués pour le faire perdre. Pour un pays qui est si fier de sa démocratie, ce type de langage - sans preuves - est quelque chose qui inquiète les Américains."