Officiellement en candidature, Eric Zemmour n'est toujours pas assuré de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle française. Problème: il ne dispose pas encore des signatures nécessaires de la part des maires de France. Un problème qu'il avait déjà soulevé par le passé.

Ce jeudi, sur Europe 1, il a fait le point sur la situation. "On est à peu près à 300 promesses", a-t-il commencé. "Ce qui est beaucoup comme on n’a pas d’élus, mais en même temps ce n’est rien, car il nous faudrait 600 ou 700 promesses."

Pour pouvoir se présenter à la présidentielle, il faut au moins 500 signatures. Ce qui signifie qu'Eric Zemmour est encore loin du compte. "Cette histoire de parrainages est absolument folle", a-t-il pesté.

Vers un "pool de signatures"?

Pour le président du parti "Reconquête", il y a eu "une perversion de la loi originelle" sur les parrainages votés sous le mandat de François Hollande. Effectivement, les noms des maires ont dû être rendus publics. "Un réel scandale politique", jure la figure de proue de Génération Z.

Pour le nouvel homme politique, il faut absolument que les noms des maires soient rendus anonymes. Le but? Éviter les pressions éventuelles. "Le Général de Gaulle a institué cette mesure pour éviter les fous (...) C'était 100 signatures, on est montés à 500, à la limite je peux comprendre, mais dans ce cas-là, il faut comme avant que ce soit secret", a-t-il expliqué.

Eric Zemmour a fait une proposition à David Lisnard, président de l'AMF (l'association des maires de France): "Je lui propose de demander aux maires de faire un pool de signatures et de donner les signatures à tous les candidats qui sont à un minimum de 5 % ou de 8 %, c’est lui qui décidera. Que les noms ne puissent plus rien dire puisque ce sont tous les maires."

Une chose est certaine, le temps presse pour EZ. Le premier tour se tiendra le 10 avril prochain et les candidats à l'élection présidentielle ont jusqu'au 26 février, 18 heures, pour transmettre au Conseil constitutionnel tous leurs parrainages.