Internet : le Belge est branché

Le baromètre TIC 2015 est paru. Il confirme que le Belge est plutôt bien connecté. Du moins, à la maison...

A.Ca.
Internet : le Belge est branché

Le baromètre TIC 2015 est paru. Il confirme que le Belge est plutôt bien connecté. Du moins, à la maison...

Le Belge est-il connecté ? En 123 pages et des collines de chiffres, répondre à cette question, c’est un peu le job du baromètre TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) 2015, présenté hier par le SPF Économie, en présence du ministre des Télécoms et de l’Agenda numérique, Alexander De Croo (Open VLD).

Alors, ce bulletin ? De manière globale, il n’y a pas à rougir. Le Belge est plutôt très connecté, et de manière fortement qualitative pour l’Internet fixe résidentiel, où les débits belges donnent le ton en Europe, comme le taux de connectivité (première place !). C’est clairement moins fringant pour le surf mobile, dont la pénétration reste bien en deçà de la moyenne européenne (13 points) et à la hauteur de certains pays de l’Est…

Dans le détail…

84 % des ménages en Belgique possèdent au moins un ordinateur et 83 % disposent d’une connexion Internet. Cette connexion Internet est, dans l’écrasante majorité des cas, une connexion à haut débit (98 %), entendez par là à une vitesse de 30 Mbps minimum. Un chiffre que nous jalousent bien des Français… Si l’ordinateur demeure l’appareil le plus utilisé pour se connecter à Internet, le smartphone et la tablette enregistrent une progression soutenue depuis deux ans. La croissance de la pénétration de la télévision numérique interactive se confirme puisque 64 % des ménages en sont équipés. 83 % des individus utilisent Internet au moins une fois par semaine (contre 75 % au niveau de l’UE). 13 % des individus n’ont jamais utilisé Internet, soit une baisse de deux points par rapport à 2013.

La fracture numérique est inégalement répartie entre les générations : elle touche encore 43 % des seniors (65-74 ans) contre à peine 3 % des plus jeunes (16-24 ans). Enfin, 31 % des internautes utilisent le cloud computing à des fins privées en Belgique (contre 27 % au niveau de l’UE).

On notera aussi deux prises de conscience très franches de la part de nos concitoyens l’an dernier : ils sont convaincus par l’e-commerce, et conscients des dangers du Web. Pour la première fois, plus de la moitié des Belges ont acheté, l’an passé, un bien ou service par Internet (54 %).

Enfin, près de 7 Belges sur 10 (69 % des internautes) ont utilisé un logiciel antivirus, ce qui représente une hausse de 14 points de pourcentage par rapport à l’année précédente. Ils ont eu le nez fin : le nombre d’incidents de sécurité réels rapportés au CERT.be par les entreprises et organisations a plus que doublé entre 2013 et 2014 : 822 contre 339 !

Des week-ends 3G et 4G gratis en vue !

C’est le gros point noir sur le faciès très présentable de notre Belgique connectée.

Alors qu’on excelle en fixe, nous avons manifestement plus de mal à nous laisser convaincre en matière d’Internet mobile: les opérateurs ont beau nous marteler les tympans des bienfaits de la 4G, en juillet 2014, moins de 60 % seulement de la population (53,7 %) belge était utilisatrice de l’Internet mobile (toutes technos confondues, qu’on parle du EDGE, de la 3G ou de la 4G).

C’est 13 points de moins que la moyenne européenne, et inférieur aux performances de la Slovaquie, de la Bulgarie ou de la Lituanie !

Comment expliquer ce désamour ? Un prix trop élevé ? C’était sans conteste vrai il y a quelques années.

Mais force est de reconnaître que, sur le secteur mobile en tout cas (pas du tout le fixe, malheureusement), l’époque des prix abusifs est définitivement révolue.

Du côté d’Alexander De Croo, on croit tenir une partie d’explication : l’Internet mobile reste trop méconnu. Du coup, le ministre, en accord avec les opérateurs, envisage de permettre à tous les citoyens de tester le service, gratuitement, durant certains week-ends. "Beaucoup de personnes seraient convaincues par l’Internet mobile si elles pouvaient le tester sans devoir se soucier du coût", note Alexander De Croo. Le premier test de ces week-ends 3G et 4G free devrait avoir lieu en octobre, a annoncé le ministre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be