Hank Green accuse Facebook de "tricher, mentir et voler"

Pour s'imposer peu à peu sur le marché de la vidéo en ligne au détriment de Youtube, le réseau social fondé et dirigé par Mark Zuckerberg "triche, ment et vole". C'est en tout cas l'avis d'Hank Green, créateur renommé de vidéo en ligne. Détails.

La rédaction en ligne
Hank Green accuse Facebook de "tricher, mentir et voler"
©Wikipedia - Hank Green

Avec l'intégration de la vidéo à sa plateforme, Facebook a bousculé le marché de la vidéo en ligne. Selon une récente étude de Socialbakers, relayée sur le site FrAndroid , il aurait même surpassé YouTube en nombre de vidéos partagées sur le dernier semestre 2014.

Mais, pour s'imposer de cette façon, le réseau social fondé et dirigé par Mark Zuckerberg "triche, ment et vole". C'est en tout cas l'avis du professionnel de YouTube, Hank Green, qui a posté un billet incendiaire sur le site Medium, ce dimanche 2 août.


Voici l'argumentaire de Hank Green en 3 points:


1) "Ils trichent"

Les vidéos uploadées directement sur Facebook y sont beaucoup plus visibles que celles de YouTube ou Vine quand celles-ci sont partagées sur le réseau social. Pour Hank Green, c’est la " prérogative" de Facebook, mais, " du point de vue d’un créateur, cela ressemble à de l’abus de pouvoir". En effet, c’est un moyen de pousser tous les utilisateurs à quitter YouTube pour Facebook.


2) "Ils mentent"

Le réseau social mentirait sur ses chiffres. La définition d’une " vue " sur Internet diffère en effet selon les plateformes. Une vue est comptabilisée sur Facebook au bout de trois secondes de vidéo, contre trente secondes sur YouTube. Or il s’avère qu’il reste 20% de " viewers " à trente secondes sur Facebook contre 86% sur Youtube. Et Green d'en tirer les conséquences: " Quand Facebook dit qu’il fait le même nombre de vues que YouTube, ce qu’il veut vraiment dire c’est qu’il n’en fait qu’un cinquième, puisqu’il gonfle les vues."


3) "Ils volent"

Le plus inquiétant pour Green, c’est le phénomène de " freebooting " . Selon un rapport d’ Ogivly et Tubular Labs , sur les 1.000 vidéos les plus populaires uploadées sur Facebook au premier trimestre 2015, 725 venaient en réalité de YouTube. Ce détournement offre à Facebook un grand nombre de " vues" , générant à son avantage des recettes publicitaires sans pour autant bénéficier aux auteurs qui les ont d'abord postées sur YouTube.

Il faut savoir qu'auparavant, ce problème de "freebooting" existait aussi sur YouTube, mais Google a installé le système de "Content ID", qui analyse chaque contenu au moment de son upload pour vérifier qu’il respecte les droits d’auteurs. À la différence des algorithmes de Facebook, qui eux ne contiennent aucun système de vérification et continuent de favoriser le "freebooting", explique entre autres Destin Sandlin sur sa chaîne YouTube.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be