Le jour où Huawei a grillé Apple…

Le chinois a inauguré l’IFA. Sorti un super- produit. Et pris le melon côté tarifs…

A. Ca.
Le jour où Huawei a grillé Apple…

Le chinois a inauguré l’IFA. Sorti un super- produit. Et pris le melon côté tarifs…

Le Berlinois en avalait sa currywurst de travers hier midi : jamais la capitale teutonne n’a compté autant de geeks au mètre carré qu’en ce début septembre. En cause ? L’IFA, grand-messe technologique européenne, salon où se bousculent tous les acteurs du secteur pour y dévoiler leurs nouveautés.

Avant l’ouverture officielle, samedi, c’est le grand bal des conférences des constructeurs, qui agite le Tout-Berlin connecté. Hier, c’est le fabricant Huawei qui a chaussé les gants le premier, au Max Schmeling Halle, complexe rempli de milliers de journalistes, et qui porte le nom d’un illustre boxeur allemand. Ça tombe bien : la firme chinoise y a cogné fort, pile dans les dents de la concurrence. Aussi huppée soit-elle…

Dans un show démesuré, alternant entre concert, défilé de mode et leçon de philosophie (citer Confucius dans une conférence de presse d’annonce d’un smartphone, on ne nous l’avait jamais faite), Huawei a surtout brandi son nouveau flagship, comme on dit dans le jargon - le modèle phare de la gamme. Et à l’analyse, le Mate S, successeur du Mate 7 déjà très plébiscité, cumule pas mal de qualités et de premières… Ce superphone de 5,5 pouces (écran Full HD) se pare d’une coque totalement en métal poli, d’un appareil photo de 13 Mégapixels, voire d’un lecteur d’empreintes digitales sous EPO (situé au dos du mobile, il permet aussi de décrocher, prendre un selfie ou passer d’une photo à l’autre dans la galerie). Ça, c’est pour la partie consensuelle. Plus enquiquinant pour Apple : alors que la Pomme annoncera mercredi prochain de nouveaux iPhone (6S et 6S Plus) équipés de la technologie Force Touch, Huawei vient de griller la priorité à la firme de Cupertino !

Le Mate S est en effet le premier mobile du marché à incorporer cette fonctionnalité, capable de détecter la pression exercée sur l’écran. À quoi ça sert ? À zoomer plus fort sur une photo, par exemple. Voire à peser un objet en le déposant sur l’écran ! Ce n’est pas tout : le Mate S sera livré en quatre coloris, dont un rose… dans lequel Apple comptait décliner son futur iPhone mercredi ! Idem pour le flash à selfie qui accompagne la caméra frontale (de 8 Mégapixels tout de même) du Mate S : on l’attend aussi sur les nouveaux iPhone…

Le bémol, c’est que Huawei semble aussi loucher sur les prix pratiqués par le titan fruité : le Mate S fera ses débuts belges, en septembre, à… 649 €. Maintenant que le chaland a été happé, on semble, chez Huawei, décidé à le faire passer à la caisse. Le côté obscur du premium ?


12 % du marché belge leur appartient déjà

Si, dans votre esprit, la firme au nom pas facilement prononçable est rangée du côté des petits joueurs, il va falloir revoir votre jugement. À l’instar de Lenovo, Haier, ZTE ou Xiaomi, Huawei fait partie de ce nouveau Made in China, pétri d’appétit.

Dirk Pauwels, General Manager pour Huawei Belux, nous le disait hier à Berlin : "Dans trois ans max., nous voulons devenir le n° 1 mondial."Actuellement, c’est sur la troisième marche du podium mondial que trône la marque. Pas mal, pour un nom qui ne disait rien à personne il y a peu… "En Belgique, notre progression est très encourageante également : nous représentons aujourd’hui 12 % du marché belge, derrière Samsung et Apple. Un chiffre en croissance constante : au premier semestre, nous avons écoulé 155.000 unités en Belgique. 32 % de plus qu’à la première moitié de 2014…"

La stratégie initiale de Huawei a été d’une efficacité implacable : "Proposer autant ou plus que les autres, pour moins cher. L’an passé, la majorité des téléphones que nous vendions partait à 99 ou à 129 €. Aujourd’hui, ce sont des modèles comme le G7 ou le P8 Lite, plutôt autour des 250 €. Huawei monte en gamme, et ses clients le suivent."

Pour autant, la marque a encore du boulot pour construire sa notoriété. "Oui, nos budgets marketing sont importants… Nous investissons, cherchons des partenaires durables. Comme le RSC Anderlecht, dont nous sommes sponsors depuis quelques mois. Nous avons aussi le PSG, le Milan AC, Arsenal, Galatasaray, l’Atletico Madrid…"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be