9 % des Belges touchés par le phishing

Les cas de fraude sont stables. Le mobile banking a gagné 50 % de nouveaux adeptes.

P.D.-D.
9 % des Belges touchés par le phishing

Les cas de fraude sont stables. Le mobile banking a gagné 50 % de nouveaux adeptes.

Cela n’arrive pas qu’aux autres. Pas moins de 9 % des Belges ont été la cible d’une tentative de vol de données bancaires, plus communément appelée phishing, selon le président de la Fédération du secteur financier (Febelfin), Rik Vandenberghe. Tous ne sont pas tombés dans le panneau, fort heureusement.

Le nombre de cas de fraude à la banque en ligne est demeuré relativement stable en 2015 (283 contre 277 en 2014), mais les sommes dérobées ont été nettement plus élevées (plus d’un million contre 653.000 euros).

La situation s’est en tout cas sensiblement améliorée depuis les années 2012 et surtout 2013, quand près de 1.800 cas de fraude avaient été répertoriés. "Les efforts du secteur semblent porter structurellement leurs fruits".

La lutte contre la cybercriminalité est en tout cas une priorité pour le secteur.

Le secteur financier va ainsi mettre en place prochainement une plateforme d’échanges d’informations entre les institutions financières en matière de cybersécurité, ce qui doit permettre au secteur d’être mieux armé pour lutter contre ces tentatives de fraude.

Quoi qu’il en soit, le consommateur belge a confiance dans le secteur pour implémenter des innovations.

L’une des dernières innovations est le mobile banking, qui comptait plus de 3 millions de contrats fin 2015 contre 140.000 fin 2011. Il est vrai que toutes les banques ou presque proposent désormais le mobile banking, ce qui explique la croissance de contrats de 50 % entre 2014 et 2015. Et puis, il y a aussi la facilité et l’envie de nombreux clients de fréquemment consulter le solde de leur compte à vue.

L’Internet banking continue à croître, mais à un rythme moins soutenu (+5 % à 11,1 millions de contrats). "C’est presque autant que le nombre d’habitants en Belgique".

Reste qu’Internet banking et mobile banking assèchent les visites en agence. "Le business model des banques doit s’adapter", souligne Rik Vandenberghe. Elles continuent à fermer des agences (encore 260 de moins l’an dernier, pour un total de 6.552 contre 8.945 dix ans plus tôt). "La suppression complète du réseau physique n’est pas à l’ordre du jour", assure-t-il.

Le tout sera "de servir et répondre aux attentes du client de manière optimale". Le digital deviendra de plus en plus incontournable.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be