Réseau GSM: deux fois plus d’appels sur Bruxelles le 22 mars !

Immersion dans les coulisses de la gestion de crise du réseau mobile Base.

A.Ca.
Réseau GSM: deux fois plus d’appels sur Bruxelles le 22 mars !
©afp

Immersion dans les coulisses de la gestion de crise du réseau mobile Base.

On a beaucoup parlé de la défaillance des réseaux mobiles nationaux lors de la journée noire de mardi. À tel point qu’Alexander De Croo, ministre des Télécoms, a demandé qu’une "analyse approfondie des problèmes de réseau" soit effectuée. "Sur la base de cette analyse, il se réunira avec les opérateurs de télécommunications pour en tirer les leçons et ajuster les procédures."

Pour rappel, de nombreux appels ont été impossibles à passer depuis 8 heures du matin mardi jusqu’en fin d’après-midi. Il a rapidement été demandé de privilégier le SMS, le Wi-Fi et le mobile data. Certains réseaux ont plus failli que d’autres. Celui de Proximus, notamment, a particulièrement été mis sous pression. Mais comment gère-t-on cette crise, en interne ? Immersion chez Base.

"Sur l’ensemble de la journée du 22 mars, les appels supportés sur notre réseau à Bruxelles ont augmenté de 50 % comparé à une journée normale (avec le 21 mars comme référence)", nous informe un rapport interne de l’opérateur. "On parle, aux heures de pic, d’une augmentation de 100 % comparé à une journée normale." La pression sur le réseau était donc deux fois plus forte qu’à l’accoutumée.

Pour les SMS, on parle d’un nombre d’envois "quasiment inédit" avec une augmentation par rapport à la normale de l’ordre de 40 % sur l’ensemble de la journée.

À l’échelle nationale, l’heure de pointe fut observée vers 9 h 50, le temps de réaliser ce qu’il s’était produit à Maelbeek.

Pour ce qui est de la data, le pic d’usage s’est produit plus tard : vers 11 h à Bruxelles, 12 h à l’échelle nationale. Il y a clairement eu un effet de rabattage : dans l’impossibilité de téléphoner, les gens ont utilisé les réseaux sociaux et autres WhatsApp, Facebook, Messenger&Cie.

Cinq sites d’antennes ont particulièrement été sollicités : le site Maelbeek, situé juste à l’extérieur de la station, le site Loi, situé à une centaine de mètres du croisement Arts-Loi sur la rue de la Loi (à quelques centaines de mètres de Maelbeek), le site Zaventem, situé à proximité de l’extérieur de l’aéroport, le site Montgomery, bloc d’antenne couvrant le rond-point Montgomery à 3 stations de métro de Maelbeek et enfin le site Neerveld… siège de Base Company, ce qui témoigne manifestement de l’inquiétude des employés du réseau mobile.

Des réunions de crise ont été menées toutes les heures, jusqu’à 17 heures, pour évaluer, en live, l’état du réseau. Des équipes de techniciens qui travaillent sur les festivals ont été requis d’urgence.

Globalement, le réseau a subi des "congestions", des "pics d’usage". Mais a plutôt tenu bon, se félicite l’opérateur challenger du marché. Qui dément formellement la rumeur farfelue qui veut que le réseau ait été coupé sur demande expresse des autorités, pour empêcher les terroristes de communiquer.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be