Apple en chute: la pomme est-elle en train de s’oxyder ?

Apple voit ses ventes et son chiffre d’affaires fléchir. Inédit, depuis 13 ans. Épluchage, jusqu’au trognon, des coupables…

Alexis Carantonis
Apple en chute: la pomme est-elle en train de s’oxyder ?
©AFP

Apple voit ses ventes et son chiffre d’affaires fléchir. Inédit, depuis 13 ans. Épluchage, jusqu’au trognon, des coupables…

"Bonjour à tous et merci de nous avoir rejoints. Aujourd’hui, nous allons vous annoncer les résultats d’un trimestre chargé et difficile…" C’est sous un jour nouveau que Tim Cook, CEO d’Apple, vient de dévoiler les derniers résultats de la plus grosse capitalisation de la Silicon Valley avec Google. Ces résultats seraient moyennement inquiétants pour n’importe quelle entreprise. Ils sont catastrophiques pour Apple, qui n’est pas n’importe quelle entreprise - et a tout fait pour ne pas l’être.

Pour la première fois depuis treize ans, la firme la plus bankable du monde aligne le trio infernal : baisse du chiffre d’affaires (50,55 milliards, -13 % par rapport à l’an dernier), diminution de ses ventes, et, c’est peut-être le plus grave, de son sex-appeal.

Soyons clairs : il n’y a pas péril en la demeure. Apple dort toujours sur une trésorerie démentielle, avec un cash-flow de plus de 200 milliards de dollars. La firme a également montré, par le passé, que l’adversité pouvait lui servir de coup de fouet nécessaire. Mais il y a, sans doute, un début de ver dans la Pomme. Épluchage des coupables potentiels.

1. L’iPhone. Le suspect n°1. Le smartphone (et ses différentes déclinaisons) est la vache à lait d’Apple, porteuse de deux-tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise. Bémol : une baisse de 32 % du nombre de ventes d’iPhone a été observée au dernier trimestre, et elle est de 16 % par rapport à l’an dernier. Le ralentissement de l’activité économique de la Chine, l’un des gros leviers de croissance d’Apple ces dernières années, explique partiellement ce ressac. Mais pas que. L’iPhone 6S n’est qu’une vulgaire mise à jour de l’iPhone 6, tandis que le plus récent des smartphones annoncés par Apple, l’iPhone SE, recycle un châssis vieux de trois ans !

Apple jouera donc gros avec l’iPhone 7, en septembre. Et les rumeurs qui courent, évoquant un design similaire aux 6/6S, avec la disparition du port jack (où brancher les écouteurs), en dépit de l’arrivée d’un double capteur photo, ne suscitent pas l’enthousiasme le plus fou… Pendant ce temps, la Chine (Huawei, Xiaomi, Lenovo…) n’en finit pas de convaincre les masses et les concurrents majeurs d’Apple perdent moins de terrain qu’elle.

2. L’iPad. Pour le secteur des tablettes, c’était attendu. La douche est globale, pas question qu’Apple ne soit pas mouillé. Il n’empêche : les iPad Pro n’ont même pas pu contenir la baisse, à deux chiffres : - 20 %.

3. Les Mac. Même les ordinateurs d’Apple, épargnés jusqu’alors par la tendance baissière qui souffle sur le marché du PC, trinquent. L’activité Mac est à -9 %, malgré l’excellentissime nouveau Macbook, malheureusement surtarifé.

4. L’Apple Watch. l’Apple Watch, si ce n’est pas un échec, est très loin d’être la réussite commerciale mainstream qu’Apple escomptait. D’ailleurs, Apple range l’Apple Watch dans sa catégorie Autres Produits/Accessoires, où sont logées les ventes de casques Beats Audio, de docks, de covers… Cela s’appelle noyer le poisson.

Bien entendu, Apple reste une machine de guerre très loin de l’étouffement. Côté services, tout roule : Apple extirpe désormais plus de revenus de l’App Store, iCloud, iTunes et Apple Music que de la vente de ses Mac ! Reste que sur le plan des produits, la déception est de mise depuis de trop longs mois. Réapprendre à surprendre, voilà le défi qui attend Apple. À court-terme.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be