Le procès santé de nos smartphones

L’impact du téléphone mobile sur le corps et l’esprit n’est pas nul... Giga-gnostic

Alexis Carantonis
Le procès santé de nos smartphones

L’impact du téléphone mobile sur le corps et l’esprit n’est pas nul... Giga-gnostic.

1. Ils nous en mettent plein le dos Selon une étude médicale américaine, consulter son téléphone portable reviendrait à porter... 27 kilos sur le cou. Le poids d’un enfant de huit ans suspendu à notre nuque ! L’étude, à lire dans la publication experte Surgical Technology International explique qu’en moyenne, la tête d’un adulte pèse entre 4,5 et 5,5 kilos. Or, pencher le regard vers l’écran de son téléphone pour consulter Twitter, Facebook ou Snapchat accroît fortement la force gravitationnelle. Et avec elle, le poids du crâne humain...

Conséquence : c’est la colonne vertébrale, en tension permanente, qui encaisse. Ce qui, à terme, mènerait à une usure et "de possibles interventions chirurgicales", estime le chirurgien new-yorkais à l’origine de l’étude.

2. Ils bousillent notre sommeil. La lumière bleue diffusée par les écrans de nos smartphones et tablettes excite, et interrompt la fabrication de mélatonine, substance qui nous accompagne vers le sommeil chaque nuit. En clair, au bout de deux heures d’utilisation d’un écran avant dodo, nous hypothéquons nos chances de passer une bonne nuit. Or, 44 % des possesseurs de smartphones dorment avec leur portable à côté du lit, voire sous l’oreiller.

3. Ils abîment nos pouces. On appelle ça la textonite, la maladie du SMS. Concrètement, il s’agit d’une tendinite du canal carpien du pouce, ou des fléchisseurs des doigts, due à une utilisation effrénée des services de messagerie. En perpétuelle augmentation.

4. Ils grillent notre vue. En soi, les écrans (PC, télé, smartphones,...) n’abîment pas nos yeux. Mais ils les fatiguent, en les soumettant à une pression intense. Résultat ? Céphalées, sensations de picotement oculaire, de brûlure ne sont pas rares, surtout pour celui qui souffre déjà de problèmes de vue, que le smartphone exacerbera. Pour rappel, le Belge moyen passe 8 h 53 par jour devant un écran. Qui plus est, le fait de fixer longuement l’écran accélérerait le développement des rides sur la peau...

5. Ils amenuisent notre attention et nous rendent asociaux. Une étude de l’université de Virginie (États-Unis) a analysé les effets des notifications sonores du téléphone portable sur le cerveau et le comportement. Ces travaux, qui viennent d’être publiés dans la revue Academia, ont révélé que ces alertes sonores entraînent des troubles de l’attention, augmentent l’hyperactivité, le stress et l’impatience. Par ailleurs, 95 % des personnes avouent utiliser leur smartphone pendant leur activités sociales - simplement pour regarder s’ils n’ont pas reçu d’appel ou de notifications. Ce phénomène de dépendance, inquiétant, porte même un nom : la nomophobie, ou la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile .

Moralité ? De temps en temps, on déconnecte; c’est pour notre bien et celui de nos proches...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be