Avis aux nostalgiques: Nokia is back !

Retour à la case départ : Microsoft abandonne les téléphones mobiles, tandis que Nokia renaît de ses cendres !

Alexis Carantonis
Avis aux nostalgiques: Nokia is back !
©Reporters

Retour à la case départ : Microsoft abandonne les téléphones mobiles, tandis que Nokia renaît de ses cendres !

Microsoft et Nokia, par start-ups interposées, jouent à J’ai perdu mon mouchoir. Alors que le premier avait acheté la division mobile du second en 2013, contre 5,4 milliards de dollars, provoquant la fin des terminaux mobiles Nokia, le Finlandais essaye de les rattraper. Microsoft - qui écoule, depuis, ses smartphones sous sa propre marque - va revendre ses activités de téléphonie mobile à deux entreprises : FIH, une filiale du taïwanais Foxconn, l’un des principaux assembleurs de smartphones (de l’iPhone aux Galaxy S), et HMD, une entreprise finlandaise nouvellement créée, dirigée par d’anciens cadres de Nokia et Microsoft Mobile.

Si FIH, excroissance de Foxconn, récupérera les téléphones basiques (feature phones, donc pas les smartphones), la finlandaise HMD, va, elle, concevoir "la nouvelle génération de téléphones et tablettes à la marque Nokia", comme l’indique le géant finlandais déchu, qui régna sur les ventes de téléphones mobiles en incontestable leader, 14 ans durant. En 2013, lorsqu’il lâcha ses Nokia Lumia à Microsoft, Nokia s’était reconverti dans le métier d’équipementier télécoms (réseaux, infrastructures). Il avait, notamment, avalé Alcatel-Lucent, à cette fin. Comprenez bien : Nokia n’aura pas grand-chose à voir avec les nouveaux smartphones qui verront le jour (cette année encore) sous sa marque. Il ne va ni les concevoir, ni les fabriquer, ni les financer. C’est HMD qui prend en charge tout le processus. Nokia ne fait que lui octroyer la licence exclusive de sa marque.

Il y a fort à parier que les Nokia, ressuscités, qui tourneront sous Android, joueront la carte de la nostalgie - sans toutefois aller jusqu’à la resucée du 3310.

L’échec, pour Microsoft, est en tout cas cuisant. Jamais le géant de Redmond n’aura su exister face à Apple (iOS) et Google (Android). Les ventes de mobiles made in Microsoft ne représentent pas plus de 2,2 % du marché mondial.

Quant à Nokia, qui a commis l’erreur historique de s’obstiner à proposer des smartphones sous un système dont le public ne voulait pas (Symbian) jadis, reste à voir s’il a encore une légitimité à réclamer dans le marché du téléphone intelligent…


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be