Le smartphone de la rentrée : avec le Samsung Galaxy Z Flip 3, les écrans pliables, plus abordables, valent officiellement le coup !

Vendu 500 € de moins que son prédécesseur, face auquel il est nettement plus abouti en termes de design et de fonctionnalité, le Galaxy Z Flip 3 rend, enfin, la génération des smartphones pliables sexy et (plus) accessible. Test.

Le smartphone de la rentrée : avec le Samsung Galaxy Z Flip 3, les écrans pliables, plus abordables, valent officiellement le coup !
©SAMSUNG

On va évacuer de suite le gros twist, répondant à la question qu'on nous a le plus posé durant cette semaine de test du tout chaud Samsung Galaxy Z Flip 3 : à quoi sert-il d'avoir un téléphone qui se plie en deux ? Les amoureux de l'efficience et de la rationalité tiqueront sévèrement : ajouter une manipulation (le déploiement de l'écran) à la consultation de son smartphone, gestuelle qu'on exécute des dizaines de fois par jour (des centaines ?), peut difficilement être qualifié de progrès en soi. Et pourtant...

Le fait de disposer d'un téléphone qui se replie sur lui même (en deux, à la verticale, c'est le Flip; le Fold, lui, toujours du fabricant coréen, se déplie dans le sens de la largeur, comme un carnet) est gage d'avantages qui ne se révèlent vraiment qu'à l'utilisation. Le premier ? L'encombrement réduit. Une fois plié, le Flip 3 se glisse aisément dans une poche (qu'il remplit moins qu'un paquet de cigarettes), une sacoche ou un sac à main, en mode poudrier. Tout en garantissant une diagonale d'écran très confortable (et même traditionnelle à l'usage) de 6,7 pouces une fois ouvert, au ratio, pas du tout perturbant, de 22:9 (au lieu du classique 16:10).

Le smartphone de la rentrée : avec le Samsung Galaxy Z Flip 3, les écrans pliables, plus abordables, valent officiellement le coup !
©SAMSUNG

La seconde véritable plus-value vole dans des cieux plus subjectifs. Mais ce Flip 3 est une véritable petite bombe de look. Attirant à l'oeil, élégant, bien fini, il vole le show déposé sur une table et suscite la discussion. En plus de son form-factor novateur, Samsung a eu la bonne idée d'améliorer deux grands principes. Primo, en mode à moitié plié, le mobile "tient debout" tout seul sur une surface plane. Deuzio et surtout : le second écran, sur la partie supérieure de sa face avant, gagne en volume, en qualité, et surtout en fonctionnalité : il permet désormais de consulter, notamment, ses notifiications ou d'afficher le retour image de la personne que vous êtes en train de photographier, fonctionnalité particulièrement agréable à l'usage.

Le smartphone de la rentrée : avec le Samsung Galaxy Z Flip 3, les écrans pliables, plus abordables, valent officiellement le coup !
©SAMSUNG

Côté technique, il ne s'agit pas d'un terminal qui mise tout sur l'aspect en sacrifiant ce qu'il a dans le bide : avec la puce Snapdragon 888 (l'une des plus puissantes et plus véloces du marché), un écran AMOLED 120 Hz Full HD+ ou encore un revêtement en verre Gorilla Glass Victus, l'intégration de la 5G, de 8 Go de RAM (pas 12, dommage) et d'une mémoire de stockage de 128 ou 256 Go, on est bien sur un hardware Premium.

Qui plus est, le Flip 3 a la bonne idée de faire drastiquement diminuer son prix de près de 500 € par rapport à son prédécesseur: il se déniche à un tarif officiel de 1049 €, moins en furetant sur la Toile et en scrutant les bonnes offres de lancement. Qu'on s'entende bien : cela reste très onéreux, mais pour un smartphone premium véritablement différent et aussi abouti, être tarifé au même prix qu'un iPhone (qui reste un excellent mobile mais nettement plus lambda dans son approche) n'est pas rien...

Une autonomie trop light, une recharge trop lente

Le téléphone parfait, alors ? Pas si vite. Samsung a bien dû concéder quelques compromis, et l'un d'eux est particulièrement regrettable : l'autonomie du Flip 3 est loin de battre des records. Avec sa modeste batterie de 3300 mAh, un poil juste pour gérer le SoC Snap 888 et l'écran à 120 Hz, si votre journée débute tôt et que vous faites un usage relativement intensif du mobile, vous risquez de finir la journée sur un pourcentage de batterie à un chiffre, voire, comme ce fut notre cas, le téléphone éteint. On pourrait s’accommoder de cet inconvénient si seulement le Flip 3 avait la bonne idée de se recharger vite. Rien n'est malheureusement plus faux. Avec sa recharge limitée à 15 W (10 W en recharge sans-fil), il vous faudra plus d'une heure pour une recharge complète... En 2021, c'est beaucoup, et c'est le gros gros bémol de cet appareil (qui, par ailleurs, est livré avec un câble - USB-C- de recharge, mais pas de bloc de chargement ni d'écouteurs).

Il faudra noter aussi que, malgré son astucieuse conception, la charnière ne permet pas d'"ouvrir" le Flip à une main. Et que si la partie photo est très qualitative, elle fait l'impasse sur un téléobjectif. Toutefois, sans en faire le meilleur photophone du marché, la caméra selfie de 10 Mégapixels et les deux capteurs dorsaux (un grand angle de 12 Mégapixels, un Ultra grand angle de 12 Mp également) accouchent de photos et vidéos très satisfaisantes, bien appuyées par un traitement algorithmique de qualité.

En somme ? Voici tout simplement le smartphone du moment, celui de la rentrée, et probablement celui de cette fin d'année, du moins avant qu'Apple et son iPhone 13 (qui promet moins de révolutions structurelles) n'accapare la lumière qu'il a l'habitude d'attirer, année après année, sur sa coque. On jugera sur le fond lors de la keynote, programmée ce mardi 14 septembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be