Des modérateurs d'Instagram affirment que l'Iran leur a proposé des pots-de-vin pour supprimer des comptes

Deux modérateurs de contenu iraniens ont déclaré que des responsables du renseignement iranien leur avaient proposé de l'argent pour supprimer des comptes Instagram de journalistes et de militants.

Des modérateurs d'Instagram affirment que l'Iran leur a proposé des pots-de-vin pour supprimer des comptes
©AFP

C'est la BBC qui a annoncé la nouvelle ce vendredi : des responsables du renseignement iranien auraient essayé d'offrir des pots-de-vin à des modérateurs d'Instagram. Ceux-ci voulaient que les comptes de journalistes et d'activistes soient supprimés, assurent deux modérateurs de contenu iraniens.

"On m'a proposé 5 000 à 10 000 euros", confie l'un de ces modérateurs. "Ils voulaient surtout supprimer le compte de Masih Alinejad", poursuit l'une des sources de BBC Persian. Il s'agit d'une journaliste, auteure et militante irano-américaine. Ce n'est pas la première fois que les autorités iraniennes s'y intéresseraient : le département américain de la justice avait déclaré il y a un an que des responsables iraniens avaient cherché à attirer la journaliste basée à New York dans un pays tiers pour la kidnapper.

Selon les deux modérateurs de contenus, certains de leurs collègues iraniens feraient également preuve de "parti pris pro-régime" lors de l'examen des publications sur Instagram.

"Un modérateur peut indépendamment supprimer un post qui a été signalé sans encourir de graves conséquences", commente un ancien employé à la BBC. "Si un modérateur s'en aperçoit, tout au plus votre taux de précision peut baisser d'un point de pourcentage ou deux."

De leur côté, tant Meta, qui possède Instagram, que Telus International, la société tierce qui gère la modération, ont réfuté ces accusations. "Les processus en place éliminent la possibilité pour les examinateurs d'insérer des opinions personnelles ou politiques dans leur travail", a assuré la société de modération. "Les membres de notre équipe examinent un ensemble aléatoire de contenus pour déterminer s'ils violent les politiques, normes et directives de notre client, ce qui élimine toute place à la subjectivité".

Une décision "incroyable"

Ces révélations interviennent après les plaintes de nombreux Iraniens. De nombreux utilisateurs d'Instagram se sont en effet récemment plaints de la suppression de publications sur les dernières manifestations antigouvernementales, qui ont éclaté au début du mois. Très peu couvertes par les médias locaux, les Iraniens se référaient en partie aux réseaux sociaux pour être mis au courant de la situation sur place. Mais très vite, des vidéos ont disparu d'Instagram.

Le compte de 1500tasvir ("1500images") a été l'un des comptes touchés par cette modération jugée abusive. Il s'agit d'un compte géré par des militants de l'opposition, très populaire auprès des jeunes. 1500tasvir a tweeté ce jeudi en expliquant avoir été informé par Instagram que le compte était limité pour "protéger notre communauté". Une décision "incroyable", estiment les militants qui gèrent le compte. Selon eux, c'était le seul moyen pour les Iraniens de communiquer avec le monde, en particulier ceux qui vivent dans des petites villes et des villages. "Instagram agit dans l'intérêt du dictateur en Iran", ont-ils assuré.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be