New-Tech

Samsung ? Apple ? Huawei ? Même pas. Le premier smartphone a faire réellement parler de lui, en cette cuvée 2019, porte la griffe d'Honor. Décorticage du View20.

Le premier smartphone a faire réellement parler de lui, en cette cuvée 2019, porte la griffe d'Honor. Honor ? Vous avez bien lu. Honor, c’est le petit frère du chinois Huawei. Le DS de son Citroën, le Dacia de son Renault, le Sprite de son Coca-Cola.

Lancée à l’international depuis 2014, à l’instar de sa maison mère Huawei, Honor est en pleine bourre. Son credo ? Des smartphones à la pointe techniquement, achalandés avec composants et innovations récents, mais vendus à un prix inférieur à ceux pratiqués par les référents plus mainstream que sont Apple, Samsung ou… Huawei. Il y a chez Honor un peu de ce que Wiko propose, mais, surtout, beaucoup de ce que OnePlus pratique (marketing limité, canal de vente online privilégié, etc.). Le tout avec une image jeune, souvent accolée aux sports extrêmes, et qui choie les geeks.

Jusqu'ici, toutefois, si Honor avaiot pondu de très bons smartphones à prix correct (pas épargnés par certaines polémiques toutefois), il n'avait jamais sorti un appareil "disruptif", vraiment distinguable d'un marché de plus en plus consensuel.

Il vient peut-être de le trouver, avec le Honor View20.

© HONOR
 

Déjà primé au CES de Las Vegas, il a été présenté hier, en grande pompe, à Paris. Il s'agit d'un smartphone résolument premium (au tarif toutefois plafonné à 569 €), qui apporte trois nouveautés majeures :

  1. L'écran percé : le View20 affiche un ratio d'utilisation de la face avant par l'écran démentiel : 91,7%. Cette prouesse est rendue possible par l'entremise d'un appareil photo frontal (de 25 Mégapixels) totalement intégré à l'écran, dans son coin supérieur gauche. C'est la première fois que cet écran "percé" est décliné sur un smartphone, là où la concurrence propose des écrans quasi-intégraux munis d'une encoche (introduite par l'iPhone X) que d'aucuns jugent disgracieuse.
    © HONOR
  2. Le premier capteur photo de 48 Mégapixels : la surenchère aux Mégapixels n'est donc pas morte. Appuyé par l'intelligence artificelle, le bloc photo dorsal du View20 promet beaucoup.
  3. Un design unique : si le verre reflétant la lumière s'est largement popularisé sur les smartphones haut de gamme, jamais un mobile n'avait fait autant danser la lumière sur son dos que le View20. Le tout par le biais du revêtement chromatique appelé "Aurora Nanotexture", et son rendu "en V" si particulier (on aime ou on déteste, mais en tout cas, il ne laisse pas indifférent)
    © TECHRADAR

Une fiche technique pas en reste, avec une grosse autonomie

En dépit de ces innovations, le View20 est un excellent terminal sur le plan technique : il embarque 6 ou 8 Go e RAM, le renommé processeur Kirin 980 (le même que sur les Huawei Mate 20), 128 ou 256 Go de stockage ainsi qu'un écran LCD IPS (pas OLED, donc) de 6,4 pouces affichant une définition de 2310 x 1080 pixels au ratio de 19,5:9. Comptez sur une solide batterie d'une autonomie de 4.000 mAh, en revanche, point ici de lecteur d'empreintes digitales "sous-cutané" (intégré à l'écran, comme sur le 20 Pro), mais bien un capteur biométrique dorsal. Bon point pour les mélomanes : le port jack (pour y brancher vos écouteurs, à l'ancienne) est toujours de la partie. Reste à voir si la surcouche maison permet de faire tourner tout cela de manière idéale.

Un test formel devra confirmer l'excellente impression laissée par le View20 aux premiers observateurs avertis. Mais Honor a peut-être déniché le terminal qui entérine définitivement sa percée...