New-Tech Pour Michaël Dantinne, professeur de criminologie à l’ULg, il faut en connaître les limites et s’organiser en amont.

La volonté de diversifier les compétences de la part des pays européens en matière d’antiterrorisme ne surprend pas Michaël Dantinne, professeur de criminologie à l’université de Liège. " Si cette nouvelle est officialisée en France afin de surveiller les ‘gamers’ en ligne, c’est aussi pour dire aux concernés : ‘Attention on vous surveille.’ Il y a une volonté derrière de mettre en place une forme de prévention. Et c’est aussi pour l’annoncer qu’on s’y attaque de front. Et au vu de la diversification des formes d’échange sur le Web via des chats privés, ce n’est pas surprenant."

Alors que les services de renseignement communiquent de manière plus transparente aujourd’hui, cet expert en terrorisme tient toutefois à nuancer la portée d’une telle annonce. " Il est utopique de croire que l’on peut mener une surveillance proactive au niveau des nouvelles applications technologiques, comme les jeux vidéo en ligne. C’est une lutte qu’il faut mener mais dont il faut connaître aussi les limites car on ne pourra pas tout surveiller, surtout sur Internet."

(...)