New-Tech Le géant américain a montré ces derniers temps des signes de faiblesse. Le célèbre smartphone n'y est pas étranger. 

Apple a perdu début décembre 2018 son titre d'entreprise la plus chère du monde au profit de Microsoft. Cette dernière vaut 851 milliards de dollars contre 847 milliards pour Apple. Le groupe, en crise, a indiqué qu'il s'attendait à une baisse de son chiffre d'affaires pour la prochaine période octobre-décembre par rapport à pareille époque en 2018. Une des nombreuses raisons de ce fléchissement économique est à chercher du côté de l'iPhone. Voici pourquoi.

Un chiffre d'affaires trop dépendant de l'iPhone

L'entreprise a compris qu'un de ses soucis structurels se situait au niveau de son chiffre d'affaires, bien trop dépendant des ventes des iPhones. En tout, les célèbres smartphones représentent 2/3 des ventes du groupe. "Les ventes d’iPhones inférieures aux prévisions, principalement en Chine, expliquent l’ensemble de nos pertes de revenus, et bien plus que la baisse de nos recettes d’une année sur l’autre", a indiqué le CEO d'Apple, Tim Cook. 

Pour contrer cette dynamique, l'entreprise américaine opère un petit changement de stratégie afin de diversifier son offre. Si elle ne le fait pas, elle risquerait de voir ses actions chuter encore plus brutalement sur les marchés.

Un prix trop élevé ?

Qu'est ce qui peut expliquer la baisse des ventes de l'iPhone ? Le prix très élevé de ces smartphones conjugué aux faibles nouvelles fonctionnalités n'a pas entièrement convaincu les nouveaux acheteurs. De plus, les ventes dans certains pays asiatiques, importantissimes, comme la Chine ou l'Inde n'ont pas été aussi hautes qu'espérées. Les consommateurs chinois, vu le prix exorbitant que peuvent atteindre les iPhones, se sont détournés de la marque à la pomme croquée. 

La vente des iPhones devrait d'ailleurs, d'après les dernières estimations, baisser d'environ 10 % en 2019. Si les projections économiques pour ce groupe s'avèrent être correctes, ce serait la première fois depuis 2015 qu'Apple vendrait moins de 200.000 millions de smartphones.