Les deux géants américains avaient lancé en avril un outil permettant aux détenteurs de smartphones équipés du logiciel iOS d'Apple ou Android de Google d'échanger des informations, via Bluetooth, avec des applications développées par des autorités de santé publique.

Ces dernières, téléchargeables depuis les boutiques en ligne des deux groupes, permettent à leurs utilisateurs d'être prévenus s'ils ont croisé dans les jours précédents un autre utilisateur contaminé par le coronavirus.

Les futures versions d'iOS et d'Android, les systèmes d'exploitation les plus utilisés sur les smartphones à travers la planète, intégreront désormais directement le système de notification d'exposition. Les autorités publiques n'ont ainsi plus besoin de concevoir leur propre application de traçage.

Les propriétaires des téléphones devront accepter qu'il soit activé afin de savoir s'ils ont ou non croisé le chemin de porteurs du virus.

"Nous permettons (aux autorités de santé publique) d'utiliser plus facilement et plus rapidement le système de notifications d'exposition sans avoir à créer et à maintenir une application", ont souligné les deux entreprises dans un communiqué commun mardi.

La nouvelle solution proposée leur apporte une "option supplémentaire" pour compléter leur palette d'outils de traçage. Elle sera compatible avec les applications utilisant le système développé initialement par Apple et Google. Cette évolution était prévue dès le départ.