New-Tech Qui n'a jamais craint d'être écouté en pianotant son smartphone? D'être vu à travers l’œillet de sa webcam? D'être observé à tout moment, en présence d'un objet connecté? Et si c'était vraiment le cas? Selon une enquête réalisée par Bloomberg, "des milliers de personnes dans le monde entier" écoutent vos conversations avec l'assistant vocal Alexa. Il s'agit de l'assistant personnel installé sur les enceintes Echo de la marque. Qui écoute? Des employés et des travailleurs indépendants, principalement localisées au Costa Rica, en Inde ou en Roumanie.

L'information, qui fait froid dans le dos, a été confirmée par Amazon, qui commente sur son site: "Nous utilisons vos demandes à Alexa pour former nos systèmes de reconnaissance de la parole et de compréhension du langage naturel." Autrement dit, l'entreprise écoute vos conversations pour "améliorer les capacités de son assistant vocal". Pas un mot cependant sur les écoutes réalisées par les employés de Jeff Bezos.

Ce qu'Alexa entend de vous

À quoi ces "scruteurs de conversations" ont-ils accès? Toujours selon Bloomberg, Amazon n'est pas en mesure de relier l'enregistrement à un utilisateur. Cependant, le site français Presse-Citron précise que "les employés ont vraisemblablement accès à certaines données personnelles, dont le prénom, le nom de l'utilisateur et le numéro de série de l'assistant vocal".

De manière générale, les personnes chargées par le géant américain travaillent 9 heures par jour. Une journée de travail comprend jusqu'à 1000 extraits audio. Du plus basique au plus intime, on trouve parmi ceux-ci: des demandes de chansons, "une femme qui chante mal sous la douche", ou "un enfant qui crie". D'autres extraits sont davantage problématiques. Que faire si l'employé assiste à une scène d'agression sexuelle? Il ne peut rien y faire. Amazon a sommé ses collaborateurs de ne pas intervenir, pour quelque motif que ce soit, puisque selon son discours officiel, ils "n'ont accès à aucune information qui leur permettrait d'identifier les clients", comme le reprécise Numérama.

Le recueillement des données que pratique Amazon peut néanmoins être empêché par l'utilisateur qui désactive l'option via ses paramètres concernant la vie privée. À bon entendeur...