Le géant des réseaux sociaux, souvent critiqué pour ses règles jugées laxistes vis-à-vis des contenus politiques, a pris cette décision pour réduire les risques "de confusion ou d'abus", d'après un communiqué, alors que le scrutin présidentiel pourrait être très disputé.

Début septembre, le groupe californien avait déjà fait savoir qu'aucune nouvelle publicité politique ne pourrait être diffusée pendant la semaine précédant l'élection.

"Nous allons aussi retirer les appels à venir observer les élections dans les bureaux de vote quand ces appels sont formulés avec des termes militaires ou quand ils suggèrent l'idée d'intimider ou de contrôler les agents électoraux ou les électeurs", dit aussi le réseau social.

Facebook ajoute régulièrement depuis des mois des cordes à son arc pour ne pas répéter le traumatisme de 2016, quand la plateforme avait été utilisée pour des campagnes massives, visant à influencer des électeurs, lors des scrutins présidentiel aux Etats-Unis et sur le Brexit au Royaume-Uni. Ces opérations avaient principalement été orchestrées depuis la Russie.

Comme Twitter et YouTube, Facebook craint que les résultats ne mettent longtemps à être connus, à cause du recours plus important que d'ordinaire au vote par correspondance en période de pandémie, et que les résultats ne soient très disputés dans l'intervalle. Au risque de violences dans la rue.

"Si un candidat ou un parti annonce sa victoire de façon prématurée avant qu'un résultat ne soit donné par les organes de presse majeurs, nous ajouterons des informations spécifiques indiquant que le décompte des votes est toujours en cours et que le vainqueur n'a pas encore été déterminé", ont rappelé les hauts responsables de Facebook lors d'une conférence de presse. La société s'estime "mieux préparée que jamais".

"Nous pensons que nous avons fait plus que toute autre entreprise pendant les quatre dernières années pour aider à garantir l'intégrité de l'élection. Cela inclut d'empêcher les ingérences, combattre la désinformation et les tentatives de décourager les électeurs de se rendre aux urnes", a souligné Guy Rosen, un des vice-présidents du groupe, en charge de l'intégrité.