Nous sommes à l’aube d’une révolution. Qu’il suffira de lever la tête pour apprécier.

Les drones sont en passe de bouleverser l’espace aérien mondial. Et dans des secteurs aussi variés que la défense, la surveillance de territoires, la sécurité publique, l’agriculture, la cartographie, la prise d’images, voire même des applications plus fantaisistes, comme la… livraison de pizzas.

Sans parler du loisir, tant les drones grand public forment un groupe de jouets tant et plus désiré par les petits (et les moins petits). Un véritable phénomène mondial, multifacettes.

Mais un drone, dans le fond, qu’est-ce que c’est ? Un véhicule aérien sans pilote à bord, capable d’effectuer des tâches de façon autonome et automatique.

Voilà pour la définition académique. Sauf qu’un drone peut épouser bien des formes et fuselages.

Classés selon une très complexe segmentation, qui diffère d’ailleurs des pays, les drones peuvent être rangés, en vulgarisant le propos, en quatre catégories : petits (moins de 25 kilos); MALE (Moyenne altitude longue endurance), plus volumineux et capables de voler plus haut et surtout plus longtemps, et, enfin, sous l’acronyme HALE (Haute altitude longue endurance), les engins de ce type sont régulièrement envoyés dans la stratosphère pour des missions satellitaires.

Un drone peut donc avoir tant l’apparence d’un jouet que d’un mini-hélicoptère ou d’un avion de chasse. Trait d’union universel entre ces machines : elles se pilotent, toutes, à distance.

Un drone peut transporter du matériel, être équipé de caméras et capteurs, ou être armé, on parle alors de drone de combat.

L’armée est la première application du drone (bourdon, en anglais), aujourd’hui élargie à d’autres champs. Les forces armées des États-Unis sont les mieux équipées du monde, avec plus de 7.000 drones, dont les premiers ont pointé le bout de leur nez d’acier dans les années 90, en remplacement d’avions pilotés bien plus coûteux.

Les drones sont devenus le symbole, durant son premier mandat, de la guerre contre le terrorisme menée par le président Barack Obama. Aujourd’hui, nulle guerre ne s’envisage sans eux.

Mais ils ne sont pas seulement programmés pour tuer : leur capacité d’observation - ils peuvent filmer avec précision la marque d’une brique de lait à 18.000 pieds en plein vol - fait d’eux une arme… de surveillance, de contrôle et de sécurité publique très porteuse pour l’avenir.

À la pointe de la technologie, ces oiseaux de métal sont donc porteurs des espoirs les plus fous (imaginez la livraison de médicaments dans une zone difficile d’accès, à une population défavorisée), et des inquiétudes les plus justifiées.

Les drones sont effectivement bipolaires. Capables de tuer, lorsqu’ils sont envoyés par la CIA, quelque 4.700 victimes lors des centaine d’attaques de drones commanditées par les USA contre les membres présumés d’Al-Qaïda au Pakistan, au Yémen et en Somalie. Mais aussi capables d’amuser votre gamin, dans le jardin.

Une chose est sûre : le drone, s’il ne l’est déjà, deviendra très vite indispensable dans nos cieux.

D’ici là, on vous propose de faire connaissance avec leurs divers et variés plumages…

Un drone livreur de pizzas

Le joli coup de pub est à attribuer à Domino’s Pizza UK. Qui a exploité un drone multicoptère pour la très tactique et hautement sécurisée… première livraison de pizza par drone de l’histoire. Le livreur pilotait, au sol, au moyen d’une manette téléguidée, la pizza, dont les Peperonni étaient à l’abri des intempéries, enrobés dans la housse thermique maison. Le destinataire attendait, patiemment, devant chez lui, son mets…

Un gros buzz et rien de plus : pour l’heure, les drones ne sont pas autorisés à être exploités à des fins commerciales. Sans compter leur coût, bien trop élevé pour une exploitation aussi mineure. Qui plus est, la maison-mère de Domino’s Pizza s’est désolidarisée de ce test. Ce qui ne signifie pas que l’idée est mauvaise et qu’elle ne verra jamais le jour…