Peu avant minuit,  les sites et les applications de Facebook (Instagram, WhatsApp, Messenger,...) se remettaient à fonctionner en douceur. Elles ne marchaient pas encore à 100%, mais elles n'étaient plus dans le même état qu'en début de soirée. Retour sur une soirée marquée par la méga panne subie par le géant américain... 

"Ce site est inaccessible", "impossible de trouver l'adresse du serveur", indiquait le site de Facebook à de nombreux utilisateurs lundi depuis 18h. La panne était constatée à l'échelle mondiale, de la Belgique, aux USA en passant par l'Australie.

Le site Downdetector montrait notamment des pannes dans des zones densément peuplées comme Washington ou Paris.

© DownDetector

"Nous sommes au courant que certaines personnes ont du mal à accéder à nos applications et produits. Nous travaillons à un retour à la normale le plus rapidement possible et nous présentons nos excuses pour ce désagrément", a tweeté Andy Stone, un porte-parole du groupe.

"Instagram et ses amis ont un peu du mal en ce moment, et vous avez peut-être des difficultés à les utiliser. Restez avec nous, nous nous en occupons", ont renchéri les équipes de communication d'Instagram.

Les problèmes techniques ou de cybersécurité qui bloquent temporairement l'accès aux sites et applications ne sont pas rares, mais la durée et l'ampleur de cette interuption de quatre services utilisés par des milliards de personnes en font un incident majeur.

Le groupe technologique n'a pas communiqué sur l'origine de la panne, mais des experts en cybersécurité ont relevé des signes montrant que les chemins informatiques d'accès aux plateformes de Facebook ont été perturbés.

La panne qui a duré plusieurs heures sur le réseau social Facebook et ses plateformes affiliées comme Instagram, WhatsApp, Messenger, Workplace et Oculus aurait ainsi été causée par une mise à jour échouée.

Si tous les éléments de Facebook étaient toujours bien présents, son accès n'était plus possible. Le réseau social était comme une île sans pont pour y accéder.

Facebook utilise un système nommé "border gateway protocol (bgp)", qui a été mis à jour par un collaborateur de Facebook. Mais en quelque minute le système a disparu. Plus aucune application mobile ou aucun site ne pouvait réaliser de connexion avec les serveurs.

La panne a été problématique pour des millions d'utilisateurs, mais aussi pour l'entreprise. Dans la soirée, les employés expliquaient  ne plus pouvoir communiquer entre eux, le système de messagerie interne étant aussi inaccessible. Selon les médias américains, ils ne pouvaient pas non plus joindre les datacenters pour résoudre la panne. Leurs codes d'accès ne fonctionnaient plus, car le système qui contrôle leur identité et permet d'ouvrir les portes aurait aussi  été inutilisable.

Poids lourd de la bourse de New York, Facebook a plongé de 4,89% à 326,23 dollars lundi, après cette méga-panne mais aussi les accusations d'une lanceuse d'alerte sur la politique du groupe. Depuis ses sommets début septembre, le titre a perdu 15%.

Toujours sur le réseau des gazouillis, le malheur de Facebook et ses plateformes faisait le bonheur de ses concurrents et de ses utilisateurs critiques.