Apple a bien saisi l'importance de deux principes qui convergent : beaucoup d'utilisateurs souhaitent un smartphone performant, mais plus petit, plus simple, pour ne pas dire régressif. Or, il est aussi crucial pour la Pomme, dans un marché saturé, d'élargir sa gamme et de vendre des iPhone moins chers. Le résultat devrait être l'iPhone 9 ou SE2, disponible dès mars 2020.

Depuis 2007, année de naissance médiatique et commerciale de l'iPhone, Apple n'avait dérogé à la tradition qu'une seule fois : son nouveau smartphone (ses nouveaux smartphones, puisqu'au fil du temps, la Pomme a décliné son terminal en différentes éditions comme le XS, le XS Max, etc.) donnait rendez-vous aux amateurs à chaque fin d'été, quelque part entre la mi-septembre et début octobre. Une tradition que la firme gérée par Tim Cook n'a rompu qu'une fois, en mars 2016 : alors que l'iPhone 6S allait être relégué aux oubliettes six mois plus tard par l'iPhone 7, la marque sortait son iPhone SE.

Un smartphone simple, maniable et régressif, puisqu'il faisait marche arrière en matière de design (il avait le look des iPhone 4 et 5 !) et de fonctionnalités, tout en intégrant l'essentiel et en proposant une expérience iOS similaire au produit "référence".

Moqué par une kyrielle d'observateurs à son lancement, l'iPhone SE a très vite explosé les chiffres de vente et dépassé les espérances... C'était même encore le cas il y a peu : alors que l'iPhone SE a cessé d'être produit en septembre 2018, courant janvier 2019, Apple a commencé à brader un important stock d’iPhone SE (279 €), qui, à la plus grande surprise s’est écoulé très rapidement...

Retour à 2020. Toutes les rumeurs convergent vers le deuxième lancement d'un smartphone Apple en mars : l'iPhone SE2 (ou iPhone 9), devrait bien voir le jour à la fin de l'hiver 2020. Et on lui prédit un succès commercial au moins aussi grand que son prédécesseur.

L'objectif pour Apple : être présent juste sous la barre des 500 €

Apple a intégré deux choses : primo, à l'heure des écrans 120 Hz, des quintuples capteurs photo, des lecteurs d'empreinte digitale et appareils photos intégrés dans les écrans, la masse d'utilisateurs qui souhaitent juste posséder un bon smartphone, pas trop grand, qui fait fi de la reconnaissance faciale, de l'IA et des écrans incurvés, pèse. Aussi, dans un marché du smartphone saturé où atteindre les volumes d'expédition d'antan est illusoire, il est nécessaire d'élargir le portfolio en ciblant différents clients. L'iPhone SE2 (ou iPhone 9) répondrait à ce double objectif.

Jamais Apple ne vendra un iPhone low-cost. Contre-nature. En revanche, le SE (et bientôt, peut-être, le SE2) peuvent faire ce que l'iPhone XR n'est pas parvenu à réaliser, parce que trop cher et trop proche de l'iPhone XS.

Il faut, en somme, pour Apple, un iPhone qui ne dénature pas l'expérience iOS, mais qui lui permette d'être présent juste sous la barre des 500 €. Et le SE2 devrait être celui-là.

Attendu avec un écran de 4,7 pouces (la même taille que celle qu'on trouvait sur l'iPhone 5, avec un design proche de celui de l'Phone 7, 3 Go de RAM et 64 Gigas d'espace de stockage, l'iPhone SE2 embarquerait une puce A13, la même que sur les iPhone 11, 11 Pro et 11 Max. Ce qui, techniquement, le rendrait tout à fait opérationnel en 2020. Il n'aurait, en revanche, qu'un seul appareil photo. Un petit look de 2016, donc.

Le serial-leakeur Onleaks, en partenariat avec iGeeksBlog,a récemment proposé des rendus 3D détaillés du design de l'iPhone SE2 ou iPhone 9.

© ONLEAKS/IGEEKSBLOG

Rien d'officiel jusqu'ici. Confirmation en mars...