L'application bancaire est devenue quasiment indispensable pour le Belge dans sa vie quotidienne. 

"Entre 2018 et 2019, la fédération du secteur bancaire (Febelfin) a observé une augmentation de 50% du nombre de téléchargements d'applications bancaires, avec aujourd'hui plus de 7 millions d'abonnements à la banque mobile", indique Hélène Raimond, économiste à l'agence wallonne du numérique. La gestion de l'argent est devenue l'une des activités numériques les plus prisées, au même titre que la consultation du courrier électronique ou des réseaux sociaux. Selon un sondage réalisé pour CBC Banque & Assurance, neuf Belges sur dix qui ont installé l'application de leur banque l'utilisent fréquemment, à savoir quotidiennement pour 36% d'entre eux et chaque semaine pour 54%.

Le Belge n'a pour autant pas définitivement enterré la banque physique. Interrogées sur la banque du futur, les personnes sondées estiment que l'activité bancaire se déploiera à 63% en ligne et à 37% en agence. "Il y a encore un attachement à la banque physique, même pour la banque de demain", relève Bruno Menu, directeur du développement digital chez CBC. Il reconnaît que le type d'activité qui sera laissé aux agences bancaires sera déterminé par le comportement du client en ligne. "Il est clair que l'évolution des habitudes du Belge sur internet a un impact sur ce qui va se faire en agences", a-t-il ajouté.

Aujourd'hui, le Belge utilise son application bancaire principalement pour des opérations du quotidien.