New-Tech Une deuxième femme CEO dans le giron Proximus, après Dominique Leroy. Le plan de Sandrine Desseille, 45 ans, 21 ans d'expérience chez Proximus, pour "rester l'opérateur belge le moins cher du marché" et gagner la guerre du low-cost.

Du mouvement dans le paysage Télécom : Sandrine Desseille, 45 ans, va passer du mauve Proximus au rouge et blanc de Scarlet. Voilà qui ne devrait pas trop perturber la nouvelle CEO de l'opérateur challenger, Liégeoise de souche...

Après six ans de bons et loyaux services, Bruno Delhaise, ex-CEO de Scarlet, a donc quitté (en bons termes) le groupe Proximus pour une mission d'envergure à l'international : il rejoint la division mobile du groupe Cable & Wireless, aux Etats-Unis.

Disposant d'une solide expérience dans le secteur Télécom (21 ans prestés chez Proximus, à divers échelons et départements), Sandrine Desseille, 45 ans, mère de deux enfants, va faire du groupe Proximus le seul (méga)employeur multimarques belge géré par deux femmes (Dominique Leroy, ainsi qu'elle-même). Mais ne la réduisez surtout pas à son genre, la mission de la nouvelle boss est très claire : "je n'aime rien de plus que de tirer les courbes vers le haut".

Un challenge de taille : entre le bouleversement des habitudes numériques des Belges, le succès grandissant de l'IPTV illégale, l'essor de nouvelles plate-formes vidéo de streaming, la course à l'illimité, la récente concurrence d'Orange sur le marché résidentiel fixe et le regain de forme de Mobile Vikings, pour ne citer que quelques thèmes "Hot", il est inconcevable de se reposer sur ses lauriers...

(...)