New-Tech C'est en tout cas la conclusion que tire un groupe de 250 scientifiques

Le rapport rendu par près de 250 scientifiques issus de 40 pays différents mérite largement notre oreille : il tire la sonnette d'alarme quant à un produit relativement récent dans le giron des accessoires techno qui ont gagné nos quotidiens ces deux-trois dernières années, les écouteurs sans fil. On parle bien ici des AirPods et autres Galaxy Buds (pour ne citer que deux des références les plus populaires).

Ces scientifiques se sont donc penchés sur l'étude des effets biologiques et médicaux des champs électromagnétiques non ionisants (EMF) des appareils sans fil. Énormément d'appareils sont concernés, dans l'absolu : smartphones, écouteurs, baby phone et toute la kyrielle d'appareils fonctionnant par l'entremise des ondes (Wi-Fi ou Bluetooth).

Mais ici, ce sont surtout les écouteurs wireless qui sont visés pour au moins deux raisons : primo, car personne n'avait encore étudié leur impact sur notre santé. Deuzio, parce que si, en soi, ils ne sont pas plus dangereux que n'importe quel autre appareil connecté en Wi-Fi ou en Bluetooth, leur proximité avec notre cerveau (puisqu'ils sont directement insérés dans le canal auditif) semble accroître les risques. Ils fonctionnent en effet par le biais de la technologie Bluetooth et peuvent être logés dans nos oreilles durant de longues séances. 

Cancer, troubles génétiques ? L'OMS ne confirme pas (encore)

Ces risques, justement ? Ils seraient majeurs : les experts avancent qu'il n'est pas exclu que ces appareils puissent favoriser le développement d'un cancer ainsi que des dérèglements génétiques. Les ondes dues aux écouteurs seraient ainsi "susceptibles de provoquer des changements du système reproducteur, des déficiences de l’apprentissage ou encore des troubles neurologiques".

Selon les chercheurs, l'essor de ces écouteurs serait également nocif pour les animaux aussi que le monde végétal : "les dommages vont bien au-delà de l’espèce humaine : des preuves évidentes, toujours plus nombreuses, montrent les effets néfastes des ondes sur TOUS les végétaux et les animaux."

Interpellée par ce groupe de chercheurs, L'Organisation Mondiale de la Santé n'a pas (encore ?) confirmé "l’existence d’effets sanitaires résultant d’une exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité".