New-Tech
Le titan du design démocratique s'associe à une marque audiophile et connectée, plutôt premium. Pour le meilleur ? Le pire ? On est pile entre les deux...

Il a été le premier, et reste peut-être le meilleur, à concevoir des systèmes audio connectés Multiroom. Dans un domaine très largement garni, le fabricant californien Sonos, peu importe la taille où la destination de ses produits (de la petite Play:1 à la puissante Play:5, du Sonos Sub au Sonos Playbar) reste une référence et un gage de qualité. Il n'était donc pas forcément évident, le rapprochement annoncé en 2017 entre l'un des acteurs mondialisés ayant démocratisé l'ameublement et la déco, et une marque Hi-Fi connectée à forte coloration premium...
Pourtant, les deux produits ouvrant le bal de cette collaboration Sonso X Ikea  sont bien disponibles dans les rayons du fabricant de bibliothèques Billy et Kallax. Nous avons eu l'occasion de les tester. Et s'ils n'allient pas forcément le meilleur des deux marques sur tous les points, cela reste d'excellents produits, vu leur prix doux.

Intitulées Symfonisk, on parle donc de deux enceintes connectées fonctionnant en Wi-Fi, par l'entremise de l'application mobile de Sonos. Il y a une enceinte bibliothèque classique, ainsi qu'une plus hybride enceinte cylindrique (qui, malheureusement, ne diffuse pas de son à 360 degrés), surmontée d'un bulbe lumineux : on est donc entre le haut-parleur et la lampe, pour le côté pratique très Ikea. Pour le design, Sonos n'a pas trahi son ADN : le look des deux speakers pourrait parfaitement s'insérer dans la gamme traditionnelle du constructeur. Sobre, simple. Mais tout de même moins bien fini que du Sonos pur jus : l'habillage tissu de l'enceinte-lampe laisse transparaître quelques petites errances, tandis que l'étiquette tissu apparente présente sur les deux objets fait un peu cheap.

Le couplage est très simple, la qualité audio est correcte, mais tout de même un poil inférieure à ce que les petites (mais solides !) Play:1 sont capables de sortir, en termes d'amplitude sonore. Les basses, diffuses, manquent un poil de précision, mais on reste toutefois sur une écoute largement acceptable, à moins d'être audiophile aguerri. Il est, bien entendu, possible de faire fonctionner plusieurs Symfonisk ensemble simultanément, ou de les laisser mener leur partition solo.

Seul bémol sur l'enceinte-lampe : l'activation de la lumière (ampoule non fournie) ne se déclenche qu'au moyen d'un bouton physique située sur le speaker. A l'heure du contrôle à distance... Aussi, on pourra être déçu des capacités d'éclairage de l'objet : on parle d'éclairage d'ambiance, pas plus. Quant au design de l'enceinte champignon, on a tout entendu à son propos: "cheap", "génial", "original",...

Reste qu'il est impossible de ne pas juger ces enceintes au regard de leur (petit) prix : 99 € pour l'enceinte étagère, 179 € pour l'enceinte lampe. A ce tarif, vous avez un design démocratique et un son tout à fait correct, largement plus que les précédentes enceinte Bluetooth Eneby proposées par le géant du meuble en kit.

Quoi qu'il en soit, il ne s'agit ici que d'un début : la division Smart Home d'Ikea est appelée à prendre de plus en plus d'ampleur. Notamment autour du hub connecté Tradfri. Prochaine étape : les stores (occultants ou non) connectés et sur batterie, contrôlables via télécommande, mais aussi à distance, qui devraient arriver dans nos rayons courant 2019...

© IKEA