New-Tech

Apple a dévoilé iTunes Radio et iOS 7, la mise à jour qui va transfigurer le système d’exploitation des iDevices...


BRUXELLES Toc, toc, rev’là la Pomme. Apple, l’entreprise qui fait le plus de bruit même lorsqu’elle s’emmure dans le silence, est officiellement sortie de son mutisme.

Rien d’imprévisible ici : c’est à la WWDC (Worldwide Developers Conference) de San Francisco, où la firme de Cupertino a pour coutume d’ouvrir le bal, que Tim Cook, CEO de l’entreprise, s’est emparé de l’estrade pour remettre Apple au centre des débats technologeeks. D’entrée, il fallait être excessivement naïf pour attendre, de cette keynote, quelque nouvel iPhone ou iPad. À la WWDC, on cause avant tout systèmes informatiques et ordinateurs. Dont acte…

Après quelques chiffres – il est vrai impressionnants – tout à la gloire d’Apple, décrivant à quel point les taux de satisfaction explosent les plafonds et à quel point les apps ont du succès (50 milliards de téléchargements, bla bla...), c’est tout d’abord, parce qu’Apple n’a pas oublié qu’il fait d’abord des Mac, la nouvelle version de Mac OS X, intitulée Mavericks, qui fut dévoilée.

Côté matériel, il y a du neuf concernant le Macbook Air : l’ultrabook conserve son design mais voit son autonomie croître (la bestiole tiendrait désormais le coup une journée complète) et sa capacité de stockage doubler, pour un prix identique, qui démarre toujours à 999 €. Le Macbook Pro, bête de course plutôt réservée aux pros et aux férus d’informatique, fait lui aussi sa révolution, avec un look cylindrique totalement revu.

Enfin, après une brève bafouille sur iCloud (300 millions de comptes activés pour 575 millions de comptes Apple activés), place au gros morceau de la soirée. Tim Cook invitait Johnny Ive, le monsieur design d’Apple, sur scène. C’est qu’une mission cruciale lui a été confiée : moderniser l’aspect, en profondeur, d’iOS, le système d’exploitation qui fait ronronner l’iPhone depuis 2007 et l’iPad depuis 2010.

Qu’on se le dise d’emblée : iOS 7 est sans contestation ce qui est arrivé de plus radical à l’iPhone depuis sa naissance. Véritable refonte, l’operating system mobile troque son côté bulle pour un rendu plus plat, aux couleurs plus flashy et à l’aspect résolument plus moderne. Le grisé utilisé en fond laisse place à un blanc plus épuré, tandis que chaque appli native (Téléphone, Météo, Siri, App Store, Safari, Musique…) a été totalement redesignée, parfois repensée (nouveaux gestes,…). Par ailleurs, iTunes Radio, qui ressemble nettement plus à Pandora qu’à Spotify, permettra très bientôt à Apple de mettre un pied dans un secteur où il est totalement absent : le streaming musical (avec l’accès à des webradios, mais pas de morceaux on demand).

Plutôt qu’un changement matériel, c’est du software que la nouveauté est donc venue en cette première moitié d’année chez Apple. Le coup est incontestablement réussi : iOS 7 semble être une interface diablement dynamique et efficace. De quoi redonner un coup de neuf à l’iPhone, pour pas un sou. Et de quoi remettre du terrain entre Android 4.1 /4.2 et Windows Phone 8, dont les interfaces n’avaient pas grand-chose à envier à iOS 6… iOS 7 est dès à présent mis à disposition des développeurs. Il sera disponible pour le public à l’automne, en téléchargement gratuit, depuis l’iPhone 4/4S/5, l’iPad 2/3/4, l’iPad Mini et à partir de l’iPod Touch 5.

© La Dernière Heure 2013