Mardi vers 16 heures, la marque à bas prix Proximus avait annoncé une première fois que les problèmes survenus vers midi avaient été résolus. Environ une heure et demie plus tard, il est apparu que les problèmes étaient toujours présents, mais qu'ils devraient être résolus d'ici mardi soir. 

Les clients de Scarlet n'avaient aucune connexion à l'internet fixe mardi après-midi. Après 16 heures, le trafic s'est progressivement rétabli. Mais depuis 17h20, des problèmes similaires sont réapparus. Une partie des clients avaient un internet lent voire pas du tout. Le site Web et le centre d'appels de Scarlet ont également été touchés. "Nous continuons à le surveiller de près pour garantir la stabilité, mais nous sommes convaincus que les problèmes sont maintenant terminés", a déclaré Fabrice Gansbeke, porte-parole de Proximus, mardi soir.

Le problème est une attaque par déni de service distribué (Ddos), qui consiste à bombarder des sites web ou des serveurs de demandes inutiles jusqu'à ce qu'ils soient bloqués.

Lundi, une attaque Ddos a déjà eu lieu contre l'hébergeur néerlandais TransIP.