New-Tech Les renseignements français veulent surveiller les discussions en ligne des gamers et vont recruter des experts en la matière.

En France, la Direction générale de la sécurité extérieure aimerait donc pouvoir surveiller les conversations des fans de jeux en ligne. La réflexion, c’est aussi que depuis plusieurs années, les communications sur les canaux dits alternatifs font l’objet de beaucoup de surveillance car ceux-ci sont devenus de formidables outils pour des actions illégales, y compris le terrorisme international.

La fiche de poste (voir ci-contre) exige des compétences informatiques essentielles à la surveillance des communications, mais se focalise tout particulièrement sur les jeux en ligne qui rassemblent des millions de joueurs à travers le monde : PUBG, Fortnite, Counter-Strike, WoW ou encore League of Legends… De quoi peut-être donner des idées aux pays voisins, et pourquoi pas, créer une nouvelle fonction chez les spécialistes anticriminalité et antiterrorisme.

© D.R.
Car depuis 2015 , le monde des jeux vidéo s’est fortement développé, et spécialement du côté des jeux multijoueurs. La popularité de Fortnite n’a pas échappé aux services de sécurité. En témoigne une offre de stage de la DGSE, le service des renseignements français, qui a attiré l’attention de nos confrères du Monde. "De plus en plus de personnes utilisent les jeux vidéo connectés afin d’en détourner leur utilisation première", peut-on lire. "Les moyens de communication mis à disposition dans ces jeux sont utilisés de manière furtive afin d’échanger de l’information spécifique."

Et de rechercher un profil capable d’identifier les jeux vidéo les plus probables d’être utilisés à ces fins, et d’effectuer une "rétro-conception afin d’en extraire les signatures réseaux" et de "rechercher et exploiter les failles". En parallèle, ces jeux de guerre sont aussi beaucoup utilisés dans la communication de Daech, qui fait souvent référence à ces œuvres vidéoludiques dans sa propagande. Le jeu vidéo est de plus en plus présent dans la sphère publique. "De plus en plus de personnes utilisent les jeux vidéo connectés (PUBG, Fortnite, WoW, League of Legend…) afin d’en détourner leur utilisation première. Les moyens de communication mis à disposition dans ces jeux sont utilisés de manière furtive afin d’échanger de l’information spécifique", explique la DGSE. Dans les faits, ce stagiaire ne devra pas se contenter d’être un bon joueur. En effet, afin "d’effectuer une cartographie des jeux vidéo connectés largement répandus (part de marché, estimation du nombre de joueurs)", les candidats doivent disposer d’une "connaissance des protections logicielles et être aptes à exploiter les vulnérabilités publiques".