En 2020, l'APD avait comptabilisé 668 plaintes pour des dossiers similaires. Près des deux tiers des plaintes enregistrées en 2021, soit au moins 1.121, concernaient des fuites de données sur le réseau social Facebook en avril. L'autorité contrôle notamment le respect du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Les plaintes concernant Facebook ont été transmises au commissaire irlandais à la protection des données car le RGPD prévoit que l'autorité du pays où se trouve le siège social de l'entreprise est compétente pour ces dossiers (le siège européen du réseau social se situe à Dublin). Malgré leur nombre important, ces plaintes n'ont donc eu qu'un impact limité sur la charge de travail des employés de l'APD, précise-t-elle.

"L'augmentation du nombre de plaintes reçues montre malgré tout que les citoyens sont de plus en plus sensibles à la protection de leurs données", souligne Aurélie Waeterinckx, porte-parole de l'autorité.

Le nombre de signalements (au moins 1.148 contre 1.097 en 2020), de demandes d'informations (4.156 contre 4.123) et de requêtes de médiation (141 traitées contre 89) a également augmenté en 2021.

Par exemple, toute personne qui reçoit une newsletter sans possibilité de se désinscrire peut soumettre une demande d'information à l'APD. Elle peut ensuite faire appel à la médiation si l'expéditeur ne réagit pas et déposer une plainte en cas d'échec de la médiation.

Les chiffres définitifs de l'Autorité de protection des données sont attendus en avril ou en mai.