New-Tech

Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. 

Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude. Une majorité de Belges (65%) ne se protègent donc pas suffisamment contre les dangers qu'ils peuvent rencontrer en ligne, qui sont pourtant beaucoup plus réels que les dangers physiques (à la maison ou dans la rue), souligne SpotIT. Alors que la grande majorité des Belges ont été confrontés à des virus, des logiciels malveillants, du piratage, du phishing ou d'autres dangers au moins une fois au cours de l'année écoulée, ils sont ainsi à peine 2% à avoir été victimes d'un cambriolage dans leur maison.

Quatre Belges sur dix choisissent systématiquement le même mot de passe pour tous les sites web différents où ils en ont besoin d'un. Un phénomène qui s'observe surtout auprès des jeunes générations (18-34 ans, les 'digital natives') et un peu moins pour les 35 à 65 ans. En outre, plus d'un sondé sur cinq a son(es) mot(s) de passe noté(s) quelque part sur papier ou stocké(s) dans le téléphone. Seulement 9% le(s) changent régulièrement.

En outre, 39% des digital natives n'utilisent toujours pas de code pour verrouiller leur smartphone alors que cette génération passe facilement 28 heures par semaine en ligne sur cet appareil, s'étonne SpotIT, comparant cela à laisser la porte d'entrée de sa maison grande ouverte lorsque l'on n'y est pas.