La qualité des réseaux, notamment mobile, progresse. Ce qui ne veut pas dire que les zones blanches sont comblées.

La situation de nos réseaux Télécoms ? Le bilan qualité de l'IBPT, gendarme des télécommunications, en dresse un portrait chaque année plus ouvert, précis et nourri.

Notamment parce que l'institution s'est ouverte au crowdsourcing, en mettant à contribution les utilisateurs (notamment via l'app IBPT Speedtest, à télécharger ici sous environnement Android et ici sous écosystème iOS).

Mobile : Proximus en tête, Telenet/Base redouble d'efforts

Quid en 2019 ? On y apprend, sans surprise que la couverture de la 4G en Belgique progresse, tant en extérieur (97% en couverture territoriale, 0,3% de plus que lors du dernier exercice) qu'à l'intérieur des bâtiments (87%). Dans certaines communes rurales, près de la frontière allemande essentiellement, pointe l'IBPT, les utilisateurs ont encore parfois du mal à accéder à la 4G.

Mais on en arrive tout coucement à un tiercé de tête plus serré que jamais, alors que Proximus, suivi de près par Orange, avait pas mal distancié Base. Depuis la reprise de Base par Telenet, et les investissements massifs du groupe flamnd (basé à Bruxelles), le retard est en train d'être résorbé puisque "Telenet/Base" arrive à un niveau de disponibilité de plus en plus comparable à celui de ses concurrents.

Photographie du réseau 4G chez Proximus

© IBPT

Photographie du réseau 4G chez Orange

© IBPT

Photographie du réseau 4G chez Telenet/Base

© IBPT

Les oubliés du haut-débit sont à Liège, en Luxembourg, à Namur ou dans le Hainaut

Côté connexions fixes, 97% des ménages belges ont désormais accès à du 100 Mbps via les réseaux fixes. Ce qui ne signifie pas que les zones blanches, même partielles, sont un mythe. Il reste encore 43.000 ménages sans accès à du... 30 Mbps en Belgique. Ceux-ci sont situés dans les provinces de Liège, du Luxembourg, de Namur et du Hainaut.

63 Mbps de téléchargement moyen en mobile

La disponibilité et la territorialité, c'est bien, la qualité des services, c'est mieux. Ainsi, l'IBPT a travaillé de pair avec Commsquare. Des voitures équipées de dispositifs établissant des milliers de communicatiosn ont ainsi sillonné le pays de fond en comble, entre septembre et octobre, durant plus de 250 heures. 

© IBPT

Conclusion ?Les utilisateurs ont une "bonne qualité de l’expérience en Belgique". Plus précisément, "la qualité de la voix est également élevée sur les trois réseaux mobiles. Un utilisateur a accès en moyenne à un débit moyen de téléchargement d’environ 63 Mbps. Il met en moyenne 2,7 secondes pour envoyer un email avec un large fichier et doit attendre environ 2,1 secondes pour afficher une page web."

L'ensemble des données peut être consulté sur le site dédié de l'IBPT.