Présente depuis 2018 à cet événement, l'Agence wallonne aux exportations et aux investissements étrangers (Awex) a décidé de ne pas y participer et d'y revenir en 2022. Elle mise cependant sur le Village francophone, organisé en parallèle de plusieurs grands salons technologiques, pour donner de la visibilité à ses entreprises et start-ups. Les organisateurs du CES avaient annoncé en septembre dernier l'annulation de la version physique de l'événement. Pour l'Awex, il était plus préférable de ne pas participer à l'édition virtuelle, dont les contours ont mis du temps à être dessinés, et de voir ses entreprises noyées dans la masse, explique Guy-François Vanpaesschen, expert en nouvelles technologies au sein de l'Awex et présent chaque année dans le Nevada. "Elles auraient manqué d'interactivité et le salon consistera beaucoup en 'keynotes'. Or nos entreprises veulent profiter de rencontres avec d'autres partenaires, de moments B2B", situe-t-il.

A la place, l'Awex et la coupole Digital Wallonia participeront au Village francophone, dont l'ambition est de connecter les différents territoires de la francophonie numérique. Cet événement est organisé en parallèle de dix salons technologiques durant l'année et bénéficiera d'une version phygitale (physique et virtuelle) entre le 12 et le 14 janvier. En ce qui concerne la Wallonie, tout se fera de manière virtuelle puisque les mesures sanitaires actuelles rendent impossible l'organisation d'un tel rassemblement en Belgique.

Cinq continents y seront représentés, pour 85 territoires et pays francophones. Près de 400 start-ups se sont portées candidates aux sessions de pitchs, dont une quinzaine pour la Wallonie, et 80 seront finalement retenues. "Le Village francophone donnera beaucoup plus de visibilité aux entreprises et start-ups du sud du pays que la version virtuelle du CES", estime le responsable de l'Awex. "Cela leur permettra de se positionner, de trouver des investissements ou peut-être même de recevoir des prix."

700 jurés, dont feront partie plusieurs acteurs technologiques wallons, et plus de 15.000 décideurs seront connectés chaque jour. Sans oublier l'aspect politique, avec entre autres une intervention du ministre du Numérique Willy Borsus (MR) lors de la journée d'ouverture. Le bourgmestre de Namur Maxime Prévot (cdH) participera également aux échanges, en sa qualité de maïeur de la capitale wallonne, qui est en outre jumelée avec la ville de Québec.

La participation au Village francophone est gratuite pour les entreprises wallonnes puisque l'Awex a pris les frais d'inscription à sa charge, glisse encore Guy-François Vanpaesschen.

Quant au CES, l'Agence wallonne compte bien y retourner physiquement dès l'an prochain. Les organisateurs ont d'ailleurs déjà reporté les frais de participation déjà payés pour 2021 à 2022.