Les eurodéputés ont réclamé jeudi à la Commission européenne l'adoption en "urgence" d'une "norme de chargeur universel" pour téléphones portables dans l'UE, dans une résolution non-contraignante adoptée à Bruxelles, une demande à laquelle Apple est fermement opposée.

"L'offre pléthorique de chargeurs entraîne (...) des coûts excessifs et des désagréments pour les consommateurs, et génère une empreinte écologique inutile", écrivent les élus européens dans ce texte, adopté à une large majorité (582 pour, 40 contre, 37 abstentions).

Il est donc "nécessaire d'adopter d'urgence une norme de chargeur universel", ajoutent-ils, réclamant des mesures "d'ici juillet 2020".

La vieille idée visant à harmoniser la connectique pour charger les téléphones et autres tablettes, lancée dès 2009 par la Commission européenne, s'est pour l'instant heurtée aux réticences de l'industrie.

Le nombre de types de chargeur a cependant été considérablement réduit en 10 ans, passant de 30 à trois aujourd'hui, a rappelé récemment le commissaire européen Maros Sefcovic lors d'un débat devant les eurodéputés.

M. Sefcovic a promis que la Commission se pencherait sur la question via "une combinaison d'options politiques comprenant des mesures réglementaires et non réglementaires".

La groupe Apple, qui dispose de sa propre norme de connexion, est opposé à une telle réglementation, qui "étoufferait l'innovation au lieu de l'encourager, et nuirait aux consommateurs en Europe et à l'économie dans son ensemble", selon une déclaration publiée la semaine passée.

"La législation aurait un impact négatif direct en perturbant les centaines de millions d'appareils et d'accessoires actifs utilisés par nos clients européens et par un nombre encore plus important de clients Apple dans le monde, créant un volume sans précédent de déchets électroniques et gênant fortement les utilisateurs", estime le géant de Cupertino.

Selon une de ses porte-paroles, la Commission doit publier "dans les prochains jours" une "étude pour évaluer la situation", sur laquelle elle se basera pour réaliser une étude d'impact. Elle présentera ensuite ses mesures.

Selon les eurodéputés, "environ 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produits chaque année dans le monde, soit une moyenne de plus de 6 kg par personne" et "la production totale de déchets électroniques en Europe en 2016 s'élevait à 12,3 millions de tonnes, soit 16,6 kg en moyenne par habitant".