Sarah Parcak est archéologue et enseigne aux États-Unis. 

Surnommée Indiana Jones des temps modernes, la scientifique a déjà découvert plusieurs centaines de lieux anciens : tombeaux, pyramides, colonies inconnues… Sa méthode d’exploration se base sur l’analyse d’images satellitaires au moyen d’un algorithme qui signale tout changement de végétation. 

Ces variations peuvent en effet être le signe d’un site enfoui. Mais Sarah Parcak est, comme nombre de ses collègues, inquiète : de plus en plus de sites sont détruits où pillés. Elle veut donc lancer le projet Global Xplorer, récemment récompensé d’un prix d’un million de dollars pour son lancement. Le projet repose sur un site où l’internaute pourra participer à l’analyse d’images satellitaires (non localisées pour éviter les pillages). De cette manière, Sarah Parcak espère devancer un peu pilleurs et destructeurs de l’histoire mondiale.