Huawei hors-jeu dans pas mal de marchés, Samsung compte bien porter l'estocade à son rival chinois en Occident. Pour y arriver : des Galaxy S20, S20+ et S20 Ultra attendus, mais pétris d'ambitions. Qui vendront chèrement leurs coques.

Sur du velours. Depuis que son principal concurrent sous écosystème Android, Huawei, a été mis au ban par l'Amérique et privé de la véritable expérience Android et de Googles Services, Samsung peut voir venir 2020 avec une quiétude devenue rare dans le secteur hyperconcurrentiel de la téléphonie mobile. Lequel a prouvé à quel point il était propice à des glissements de terrain rapides : qui aurait-pu dire, il y a cinq ans, que Xiaomi et OnePlus deviendraient les rivaux les plus dangereux du géant sud-coréen, derrière Apple ?

C'est bien conscient de cette opportunité offerte par la guerre commerciale qui oppose la Chine et l'administration Trump - dont la division mobile de Huawei n'est que l'idiote utile -que Samsung a lâché dans l'arène, ce mardi soir, en direct de San Francisco, son nouveau smartphone porte-étendard ("flagship") : le Galaxy S20. Ou plutôt, comme présumé, sa famille d'appareils estampillés Galaxy S20.

© SAMSUNG

Et il n'y a nulle relâche dans ce que les bestioles, au design légèrement revu mais conforme aux standards du moment, cachent sous leurs habits de verre et de métal : le Galaxy S20, le Galaxy S20 Plus et le Galaxy S20 Ultra ont été le plus loin possible dans beaucoup des facteurs qui déterminent l'achat d'un smartphone aujourd'hui. Tout en étant parfaitement conformes avec ce que les nombreuses fuites avaient prédit.

On parle de 5G pour la connectivité (aux USA et certains marchés choisis, on ne dira pas que cela urge en Belgique, où les réseaux ne sont pas près de sortir de terre), d'un écran OLED doté d'une fréquence de rafraichissement de 120 Hz, des batteries mieux dotées en mAh et, surtout, argument massue pour vendre un smartphone aujourd'hui, des blocs photo boostés aux amphétamines.

Ce qui sépare les S20 et S20+ se résume brièvement : l'écran est plus grand sur le S20+ (6,7 pouces contre 6,2), qui embarque un capteur photo supplémentaire dédié à la profondeur de champ et une batterie à l'autonomie un poil boostée.

S20 Ultra, 108 Mégapixels, 1549 €

Le vrai élément neuf, c'est la version S20 Ultra, très nettement catégorisée ultra haut-de-gamme. Il pousse les manettes à fond sur la taille de sa dalle (6,9 pouces) et surtout de son bloc photo : le module dorsal (proéminent !) embarque un capteur photo de 108 mégapixels. Le premier du marché à dépasser les 100 millions de pixels ! Qui est épaulé par trois autres capteurs : l'un dédié à la profondeur de champ, l'autre, télé, 48 mégapixels, et un dernier grand angle de 12 mégapixels. Dans l'écran poinçonné, Samsung insère une caméra frontale de 40 Mégapixels pour des selfies destinés à flatter l'égo des narcissiques les plus tatillons (10 Mp sur le reste de la gamme S20).

Cette photo a été prise avec le Samsung Galaxy Ultra et le capteur à 108 mégapixels à Bruxelles. En cliquant dessus, vous téléchargerez le fichier original. (30 Mo) (12000 px sur 9000 px) © Etienne Scholasse

Les Galaxy S20 seront disponibles en Belgique à compter du 13 mars. Leurs tarifs atteignent des sommets que Samsung gravira pour la première fois : si le S20 basique en édition 4G uniquement devrait être accessible pour 900 € (100 € de plus pour la version S20+, 4G Only), la version ultime du S20 Ultra, pourvue de la 5G et de 512 Go d'espace de stockage, devrait coûter la bagatelle de... 1.549 € ! Des prix que seul Apple, jusqu'ici, pouvait se permettre d'envisager...

Par ailleurs, Samsung a confirmé le smartphone en verre pliable Galaxy Z Flip, dont vous nous parlions ici et qui sortira en Belgique le 21 février 2020.

© SAMSUNG