D'aucuns espéraient un assouplissement. C'est un durcissement. Les Etats-Unis ont annoncé ce lundi des sanctions encore plus fermes à l'encontre du géant chinois des télécoms Huawei, en les étendant à 38 de ses filiales, afin de limiter leur accès aux technologies américaines, selon un communiqué du département américain au Commerce. La licence temporaire octroyée jusqu'ici n'a, ainsi, pas été renouvelée.

Donald Trump a qualifié le groupe chinois d'"espion", dans une interview téléphonique sur Fox News. L'administration de Donald Trump reproche à Huawei d'utiliser ses filiales internationales pour contourner les sanctions. Les Etats-Unis estiment que le groupe pose un risque pour la sécurité du pays en raison de ses liens avec le gouvernement chinois, ce que dément Huawei.

Un impact direct sur nous, consommateurs

Cette mise au ban n'est pas sans conséquences pour des dizaines de millions d'utilisateurs de smartphones dans le monde. Si Huawei est effectivement privé du droit d'utiliser les Google Mobile Services sur ses nouveaux smartphones depuis 2019 déjà (les Huawei P40 et P40 Pro, par exemple, sont sortis sans les GMS, donc amputés de l'expérience Google - pas d'apps natives Maps, Gmail, YouTube, etc.); jusqu'ici, il avait trouvé la parade en remettant à l'ordre du jour des téléphones parus avec l'intégralité des GMS, en version 2020.

Sauf que la position, plus radicale encore, nouvellement adoptée par les Etats-Unis, menace potentiellement cette tactique. Pis : les millions d'utilisateurs de smartphones Huawei risquent, potentiellement, de ne plus pouvoir bénéficier des dernières mises à jour de Google, ce qui est aujourd'hui tout à fait possible avec un P20 ou un P30, par exemple.

Huawei Belgique a tenu à rassurer d'entrée de jeu les consommateurs belges : les propriétaires d'un smartphone Huawei équipé des Google Mobile Services continueront à bénéficier des mises à jour et des correctifs de sécurité sur leur appareil malgré la fin de la période de licence temporaire qui permettait au géant chinois de continuer la maintenance de ses anciens produits et autres infrastructures. C'est ce qu'a assuré lundi Jurgen Thysmans, porte-parole de Huawei Belgique.

Pour rappel, les smartphones commercialisés depuis le Mate 30 par Huawei lors sont désormais équipés des Huawei Mobile Services, avec un magasin d'applications maison baptisé AppGallery, et s'appuient sur une version open source d'Android. 

 Et pour ceux qui s'inquiéteraient de ne plus voir leur OS ou leurs apps mises à jour avec la dernière version (ce qui est important à la fois en termes de fonctionnalités et de sécurité), Huawei précise que "nous sommes capables de procéder à des mises à jour nous-mêmes si nécessaire".