Comment entretenir sa mémoire au quotidien ? Voici quelques astuces qui peuvent faire toute la différence

La mémoire est une capacité fragile, souvent malmenée par le stress, la fatigue et la surcharge d’informations. Comment ne plus avoir l’impression de tout oublier ? Voici quelques astuces.

Jasmine Saunier
Comment entretenir sa mémoire au quotidien ? Voici quelques astuces qui peuvent faire toute la différence
©Shutterstock

Discuter pour mieux retenir

On vient de terminer un livre intéressant, et pourtant on a déjà l'impression d'avoir tout oublié… Une bonne solution pour se rappeler d'informations complexes peut être d'en discuter avec plusieurs personnes. Outre l'action de répéter et de reformuler, utiliser ses nouvelles connaissances au cours d'une discussion leur donne plus de sens et d'importance pour le cerveau, qui aura donc davantage tendance à s'en souvenir. "Les interactions sociales jouent un rôle important dans la mémorisation, de même que la notion de plaisir", confirme le neurobiologiste Robert Jaffard.

Prendre des notes pour réviser

Il n’y a pas de secret : il faut répéter une information pour la faire entrer dans sa mémoire à long terme. Un documentaire à la télévision, un article dans un magazine, le nom d’un tableau dans une exposition… Toutes ces données seront vite oubliées si on n’y revient pas très vite. Une astuce consiste à se munir d’un carnet pour y inscrire ce que l’on aimerait retenir. Inutile de noircir des pages pendant des heures : il suffit parfois de quelques mots-clés pour faire ressortir de notre mémoire l’ensemble des informations que l’on cherche. Il faut ensuite penser à relire ses notes de temps en temps, par exemple dans les transports ou dans une salle d’attente.

Un peu de stress pour la booster

Des chercheurs de l’université de Waterloo (Canada) ont montré que tous les stress n’étaient pas mauvais pour la mémoire, et qu’un faible niveau permettait de mémoriser plus de détails. Bien sûr, il ne s’agit pas de stress chronique, ni de se sentir mal : le fait d’éprouver de la peur constitue la limite à ne pas dépasser. Mais se donner des objectifs et des délais peut nous stimuler au quotidien, et favoriser ce bon stress.

Ancrer ses souvenirs le soir

Plusieurs études ont prouvé que le fait de travailler le soir permettait de mieux retenir, grâce à la nuit de sommeil qui s'ensuit. "Le cerveau effectue un processus de tri et d'ancrage des informations pendant le sommeil profond de début de nuit", dit Robert Jaffard. C'est donc le meilleur moment pour réviser une présentation ou relire des notes prises dans la journée, par exemple.

Varier les itinéraires pour casser la routine

La mémoire n'aime pas faire toujours la même chose. "Le cerveau peut passer en mode automatique, notamment quand nous sommes trop stressés, indique le neurobiologiste. On cesse alors d'enrichir sa mémoire, ce qui n'est pas bon sur le long terme." La nouveauté, au contraire, est stimulante. Apprendre de nouvelles choses ou vivre de nouvelles expériences sont bien sûr bénéfiques, mais on peut agir au quotidien. Cela peut être aussi simple que de changer de circuit au supermarché lorsqu'on fait ses courses !

Manger méditerranéen pour nourrir ses neurones

Ce sont eux qui effectuent le travail de mémorisation, et il leur faut une alimentation appropriée. Il s’agit de faire la part belle aux vitamines antioxydantes dans les fruits et légumes, et surtout aux bons acides gras (poissons, oléagineux), puisque notre cerveau est constitué à 90 % de graisse.

S’octroyer des pauses pour digérer les informations

Lire, écrire, analyser, résumer… quelle que soit l’activité intellectuelle, et même si elle nous intéresse, le cerveau est incapable de se concentrer efficacement plus de 60 à 90 minutes. Des informations commencent à nous échapper au-delà de cette limite. Faire une pause remet les compteurs à zéro. C’est à chacun de trouver son rythme : certains ont besoin de s’arrêter 10 minutes toutes les heures, ou 5 minutes toutes les 25 minutes, comme le préconise la méthode Pomodoro. On peut s’étirer, discuter quelques instants, ou ouvrir la fenêtre et boire un verre d’eau, car la sensation de froid est stimulante. Bouger reste cependant la meilleure option. Se lever pour marcher 5 à 10 minutes relance la circulation sanguine et oxygène le cerveau.

Faire la sieste pour la consolider

Une sieste de 20 ou 30 minutes fonctionne comme une petite nuit, et active le travail de mémorisation des informations que l'on a vues le matin. Elle peut aussi permettre de relancer nos capacités d'encodage des données dans la mémoire. "Elles sont au maximum en milieu de journée, informe Robert Jaffard, puis elles diminuent. Une sieste entre 13 h et 14 h rétablit un bon niveau d'encodage, au point que les performances peuvent être aussi bonnes à 19 h qu'à 13 h."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be