Les femmes et les pauvres sont ceux qui peinent le plus à avoir accès à un suivi psychologique alors qu’ils sont les plus touchés

D’après une étude de la Mutualité chrétienne, les femmes et les personnes pauvres ont plus difficilement accès au suivi psychologique.

Les femmes et les pauvres sont ceux qui peinent le plus à avoir accès à un suivi psychologique alors qu’ils sont les plus touchés
©Shutterstock
Les femmes et les personnes en situation de pauvreté sont plus à risque de développer des problèmes psychologiques. Pourtant, elles rencontrent davantage de difficultés pour accéder aux soins psychologiques, c’est ce...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité