Après le tabagisme passif, une étude a démontré l’existence du tabagisme ultra-passif qui est aussi nocif pour la santé ! 

Souvent, sans le vouloir, les non-fumeurs sont exposés à la fumée de tabac. En plus de faire d'eux des fumeurs-passifs, ils risquent également d'avoir des cancers, des maladies cardiovasculaires et des problèmes respiratoires. D'après la Fondation contre le Cancer, le tabagisme passif entraînerait même le décès de dizaines de milliers non-fumeurs chaque année dans l'Union Européenne.

Récemment, une étude à démontré qu'il existait une autre sorte d'effet secondaire provoqué par les fumeurs. Il s'agit du tabagisme ultra-passif. Ici, ce n'est plus la fumée de tabac le problème, mais bien l'odeur de tabac froid qui s'imprègne dans les tissus même si aucun fumeur n'est présent dans la pièce. Selon une étude scientifique menée par l'Université de Yale et également publiée dans la revue Science Advances, être un fumeur ultra-passif provoque des risques pour la santé.

Dans la fumée de tabac se trouve des résidus, appelés "fumée tertiaire" (thirdhand smoke). Ces résidus peuvent alors se déposer un peu partout: sur les vêtements, les cheveux, la peau, le mobilier, ... avant de s'évaporer petit à petit. Ce processus porte le nom de "dégagement gazeux".

Une expérience plus qu’interpellante

Une expérience a été menée dans un cinéma allemand dans lequel il est interdit de fumer depuis 15 ans. Il ne devait donc y avoir aucune trace de fumée de cigarette. Les scientifiques ont donc placé un dispositif de prélèvement high-tech dans les conduits d'évacuation d'air du cinéma. Suite à cela, ils sont parvenus à la conclusion que lorsqu'un spectateur est exposé à la fumée tertiaire, c'est comme s'il fumait entre 1 et 10 cigarettes selon les substances présentes dans l'air. Sur 4 jours, les scientifiques ont constaté que la présence de 35 produits chimiques liés au tabac avaient augmenté sur les lieux qui ont fait l'objet de l'expérience, dès que des spectateurs entraient dans le cinéma. Dans ces produits chimiques, il y avait du benzène et du formaldéhyde qui peuvent provoquer des cancers.

Lors de projections de films comme "Résident Evil", les effets étaient alors très intenses. D'après l'étude, cela pourrait avoir un lien avec le fait que ce genre de films attire un public plus âgé, qui a plus de risques d'avoir été exposé à la fumée de tabac. Drew Gentner, un des auteurs de l'étude explique: " Nos travaux établissent qu'il y a un dépôt substantiel de composants de fumée tertiaire par des personnes au sein d'un vrai environnement intérieur non-fumeur ".

Le scientifique reconnait néanmoins que déterminer avec précision les risques sanitaires pour les individus dépassait le champ de l’étude actuelle et qu'en plus cela pouvait dépendre d'une multitude de facteurs.